Recherche

blogaëlle

A contretemps, de Jean-Philippe Blondel – Pocket, 2010.

unknown

Hugo n’a qu’une passion : les livres. Et qu’une envie : fuir au plus vite le cocon familial. Bac en poche, le voici donc à Paris, jeune étudiant en lettres, se rêvant libre et ambitieux comme un personnage de roman. Mais il doit rapidement déchanter : son existence est loin d’être aussi trépidante qu’il l’imaginait. Pire, il doit s’accommoder d’une cohabitation pesante avec son logeur, un homme taciturne et distant. Heureusement, sa boulimie de lecture l’aide à surmonter ces débuts difficiles. Et grâce aux fils mystérieux que tissent les livres entre les êtres, elle va même lui apporter un peu plus : l’amitié, l’amour, et la redécouverte d’un écrivain oublié…

Ce n’est pas mon roman préféré de Jean-Philippe Blondel, mais j’y ai retrouvé ce que j’aime tant dans l’écriture de cet auteur, simple et sensible. A contretemps parle de la vie, des gens, des vrais gens, des choix de vie, des chemins que l’on pense prendre ou que l’on pense devoir prendre, et ceux que l’on décide de suivre finalement. Ce roman raconte de manière très touchante la belle rencontre entre un homme, un vieil écrivain vite oublié, et un jeune adulte étudiant qui se cherche, avec en toile de fond les livres, les lecteurs, les auteurs, l’écriture et le monde de l’édition.

Autre romans déjà lus :
Double jeu
06H41
Brise glace
(Re)play!
G229
Le baby-sitter
Blog
Au rebond

Lecture inachevée :
Passage du gué

Kiss, de Jacqueline Wilson – Gallimard Jeunesse, Collection Scripto, 2009.

untitled

Emily et Carl sont amis depuis toujours. Petits, ils jouaient à se marier et aujourd’hui encore, Emily pense que plus tard elle épousera Carl. Pourtant, cette année, Carl est moins présent. Il a changé de collège, c’est vrai. Mais pourquoi est-il si distant? Comme s’il l’évitait… Emily est loin d’imaginer les véritables raisons de l’attitude étrange de son ami…Un roman irrésistible qui évoque avec délicatesse le trouble et les chagrins d’un premier amour «différent», par un auteur phare de la littérature jeunesse

Malgré des clichés et quelques petites longueurs par-ci par-là, c’est un roman plutôt agréable sur l’amitié, l’adolescence, les premières relations amoureuses et l’homosexualité. Je trouve cependant que l’auteur effleure trop le sujet de l’homosexualité, et achève son roman en ayant aborder ce sujet sérieux avec trop de superficialité. Dommage.

Lauréat du 22ème Prix des Incorruptibles 2010/2011, niveau 3ème/Lycée.

Mes lectures inachevées #4

Voici le livre que j’ai refermé définitivement avant la fin ce mois-ci, mais dont j’ai tout de même envie de garder une petite trace…

allah-n-est-pas-oblige

Birahima, le narrateur de ce roman, a une douzaine d’années et il retrace son itinéraire d’enfant-soldat de l’Afrique contemporaine, entre le Liberia et la Sierra Leone. Orphelin, jeté sur les routes en compagnie d’un marabout mi-philosophe mi-escroc, Birahima se fait enrôler dans une bande de pillards. Kalachnikov en bandoulière, pour gagner sa solde, il va bientôt participer aux pires exactions: «De camp retranché en ville investie, /…/ j’ai tué pas mal de gens. /…/ beaucoup de mes copains enfants-soldats sont morts. Mais Allah n’est pas obligé d’être juste avec toutes les choses qu’il a créées ici-bas.»

Lu : 99/224 pages

L’étrangère, de Valérie Toranian – Flammarion, 2015.

etrangere

« Elle tricote. Je sors mon carnet. – Raconte-moi précisément ce qui s’est passé dans les convois… – Plus tard… Je rêve de recueillir cette histoire qui est aussi la mienne et elle s’y oppose comme une gamine butée. – Quand plus tard ? – Quand tu auras eu ton bébé. » Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu’elle lui raconte son histoire, l’Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d’Aravni : de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu’à la grand-mère aussi aimante qu’intransigeante qu’elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l’Histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère « étrangère » de la plus belle façon qui soit.

Une écriture forte et courageuse pour évoquer un moment tragique de l’Histoire.
Un très bel hommage d’une femme à sa grand-mère.
Une lecture bouleversante.
Une alternance habile des chapitres entre le passé d’Aravni et son présent.

Livre lu dans le cadre de la Bibliothèque Orange 2016. Ma note : 3/5.

Dix minutes à perdre, de Jean-Christophe Tixier – Syros, 2015.

dix

Pour la première fois de sa vie, Tim va passer deux jours tout seul. Seul dans la très vieille maison où il vient d’emménager avec ses parents. « Si tu as dix minutes à perdre, commence à détapisser les murs de ta chambre », ironise son père. Tim le prend au mot. En arrachant un lambeau de l’affreux papier peint fleuri, Tim fait apparaître un mystérieux message.

Lecture commune avec ma fille, dont la classe de CM2 participe au Prix des Incorruptibles 2016/2017. Ce roman est un policier jeunesse très agréable à lire, avec une juste dose de suspense et d’angoisse. Ma fille et moi avons été rapidement happées par cette intrigue, et on était impatiente d’en connaître le dénouement, lequel ne nous a pas déçu. A lire absolument !

Mission M’Other, de Pierre Bordage, Melanÿn et Coriat – Soleil, collection Snoop Book, 2011.

mission

En 2026, Lia, 15 ans, seule survivante de la Mission M’Other, revient sur terre dans une capsule de détresse. elle se rend vite compte que toute la population a disparu, laissant derrière elle les vestiges de notre civilisation. elle va donc entamer un périple à travers la France pour retrouver les hommes, comprendre ce qui s’est passé, étudiant sur sa route les moindres indices qu’elle pourra glaner : messages, photos, plans, carte d’accès… Lui permettront-ils de découvrir à temps le rôle qu’elle a à jouer ? Et vous, saurez-vous découvrir ce qui est arrivé à l’humanité ? Ce roman interactif contient 15 indices à examiner.

Un petit roman au final, si on lui enlève tous les documents glissés dans ses pages sous forme d’indices. J’ai aimé suivre le périple de Lia et découvrir au fur et à mesure ses dessins, ses photos, et surtout tous ces petit indices rangés dans les poches noires au fil des pages. C’est ce qui rend cette lecture originale. Mais pas inoubliable…

Un drôle de père, tome 3, de Yumi Unita – Delcourt, 2009.

drole_de_pere_03

Daikichi, trente ans, célibataire, n’est pas ce qu’on peut appeler un Don Juan. Pas très à l’aise avec les femmes, encore moins avec les enfants, cet homme on ne peut plus ordinaire va, du jour au lendemain, décider de devenir le tuteur légal de la fille cachée de… son défunt grand-père. Mais comment élever une jeune enfant quand on a déjà du mal à s’assumer soi-même? Un drôle de père est la première série à succès de Yumi Unita, une des auteures issues de la nouvelle vague du manga pour femmes. Elle aborde dans cette œuvre, avec beaucoup d’humanité, des thèmes aussi fondamentaux que l’amour familial, l’éducation, ou plus généralement la responsabilité individuelle. Face à l’égoïsme de la société, Daikichi fera en effet passer les intérêts de la petite Rin avant les siens. Et si le bonheur passait par le don de soi ?

Je m’étais arrêtée en 2010 au tome 2… Il était temps de reprendre la lecture de cette série ! C’est avec plaisir que je me suis replongée dans ce manga et que j’ai retrouvé la relation particulière qui lie Rin et Daikichi, relation qui s’étoffe au fil des tomes et cela me plait.

Autres tomes lus : Tome 1, Tome 2.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :