Recherche

blogaëlle

Les cahiers d’Esther, tome 1 : Histoires de mes 10 ans, de Riad Sattouf – Allary Editions, 2016.

Écrits d’après les histoires vraies d’Esther A.*, Les Cahiers d’Esther nous plongent dans le quotidien d’une fille de 10 ans qui nous parle de son école, ses amis, sa famille, ses idoles. Que sont Tal, Kendji Girac ou bien les têtes brûlées ? Quels sont les critères de beauté que doivent avoir les garçons et les filles pour être populaires ? Comment fait-on quand on a des copines plus riches que soi ? Qu’est-ce que le petit pont massacreur ? Comment les attentats du 7 janvier ont-ils été vécus dans la classe d’Esther ? Comment faire quand on a peur d’avoir des gros seins ? En cinquante-deux pages qui sont autant de saynètes sur un thème à chaque fois différent, Esther nous raconte sa vie et son époque. Ce qu’elle ne dit pas à ses parents, elle le raconte dans ce journal intime, tour à tour drôle et émouvant, tendre et cruel : un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui et un miroir de notre société.
*Les noms des vraies personnes ont été modifiés !

Cette BD, c’est la vision d’une petite fille sur notre société actuelle, c’est ses réactions face à certaines actualités, et c’est aussi sa relation avec sa famille, ses amis à l’école. Esther est parfois drôle, souvent dure et cruelle, elle a (presque) un avis sur tout, elle comprend beaucoup de choses à son âge, mais elle croit aussi en comprendre d’autres. Si Esther est vraiment à l’image de notre jeunesse actuelle, c’est assez inquiétant…

 

Publicités

Sisters, de Raina Telgemeier – Scholastic, 2014.

Raina can’t wait to be a big sister. But once Amara is born, things aren’t quite how she expected them to be. Amara is cute, but she’s also a cranky, grouchy baby, and mostly prefers to play by herself. Their relationship doesn’t improve much over the years. But when a baby brother enters the picture, and later, when something doesn’t seem right between their parents, they realize they must figure out how to get along. They are sisters, after all.

Un roman graphique touchant (et parfois drôle) sur la relation entre deux soeurs. Raina a longtemps voulu avoir une petite soeur. Mais il s’avère que vivre avec elle au quotidien n’est pas si facile. Les tensions entre Raina et Amara sont nombreuses, la communication souvent difficile. Mais on sent malgré tout qu’un lien fort les unit et que les années leur permettront de s’apprécier de plus en plus.

Out of my mind, de Sharon M. Draper – Atheneum Books for Young Readers, 2010.

Eleven-year-old Melody is not like most people. She can’t walk. She can’t talk. She can’t write. All because she has cerebral palsy. But she also has a photographic memory; she can remember every detail of everything she has ever experienced. She’s the smartest kid in her whole school, but NO ONE knows it. Most people—her teachers, her doctors, her classmates—dismiss her as mentally challenged because she can’t tell them otherwise. But Melody refuses to be defined by her disability. And she’s determined to let everyone know it…somehow.

Un roman très touchant sur le handicap, et surtout sur l’énorme combat que va mener Melody pour, enfin, se faire « entendre » et communiquer avec ses proches et les autres. Du haut de ses onze ans, cette jeune fille nous donne un belle leçon de vie, et surtout de courage. Une lecture coup de coeur !

Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, de J. K. Rowling – Folio junior, 2007.

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ? C’est avec un mélange d’humour et d’art du suspense incomparable que J.K. Rowling révèle dans ce sixième tome l’extraordinaire complexité de l’univers qu’elle a créé, et qu’elle met en place tous les ressorts du dénouement.

J’ai dévoré ce tome 6. Un vrai régal ! L’action est bien moins présente que dans les tomes précédents, mais on y apprend énormément de choses, et on sent que l’auteur pose et précise l’intrigue avant un dénouement final grandiose qui aura lieu dans le dernier tome. La tension monte crescendo, le quotidien des élèves de Poudlard s’obscurcit. Et, malheureusement, la lecture s’achève avec la perte d’un grand personnage, de nouveau, un personnage auquel je m’étais tant attachée. Cette disparition de Dumbledore est bien douloureuse à lire et à accepter…

Mes coups de coeur 2017

Mes déceptions 2017

 

Mes lectures inachevées #14

Voici les livres que j’ai refermés définitivement avant la fin ce mois-ci, mais dont j’ai tout de même envie de garder une petite trace…

À 30 ans, Sophie cherche un nouveau souffle. Elle n’arrive pas à terminer sa thèse, elle a écrit un roman, auquel elle croit plus que tout, mais personne n’en veut… Un jour, la chance : elle croise la route de Joyce Verneuil, la productrice du feuilleton La Vie la Vraie, suivi tous les soirs par des millions de Français. Joyce Verneuil est une femme puissante. Elle croit dans le talent de Sophie, et lui promet de faire en sorte que son roman soit publié. À une condition : que Sophie travaille auprès d’elle, pendant un an, à la production de La Vie La Vraie. Sauf que jamais Marc, son compagnon, ni sa mère, présidente d’université, n’accepteraient que Sophie travaille pour un projet aussi vulgaire qu’un feuilleton télévisé… Sophie pourra-t-elle s’organiser pour qu’ils n’en sachent rien ? Sera-t-elle taillée pour une si grosse machine ? Aura-telle raison de faire confiance à Joyce Verneuil ? Saura-t-elle réconcilier sa vie, ses rêves et ses mensonges ?

Lu : 107/514 pages

 

Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l’accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d’éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d’état amoureux. Mais le regard de braise d’une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l’amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d’une rugueuse force poétique où l’humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

Lu : abandonné très vite, avant les fameuses 100 premières pages…

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :