Recherche

blogaëlle

Mois

janvier 2012

Top Ten Tuesday #3

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est :

Les 10 livres que tout le monde a aimés sauf vous

Certains ne m’ont pas plus car je les ai lu longtemps (trop longtemps peut-être) après leur parution, et donc après en avoir entendu tant d’éloges que ce fut la déception pour moi (Le Dahlia noir, Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Effroyables jardins, Le Magasin des suicides). D’autres m’ont et m’auraient déplu dans tous les cas (Sukkwan Island, dont je ne comprends toujours pas le succès, Mes Illusions donnent sur la cour, Ce que je sais de Vera Candida, Les Chevaliers du subjonctif, La Bête qui meurt, Imprégnation).

Publicités

Anges

Anges de Julie Grelley – Albin Michel, janvier 2010.

Quatrième de couverture : « Pour être sûr qu’un amour est véritable, il faut que le désir ait disparu. Et pour que le désir ait disparu, il faut que la beauté ait disparu… » Colline, trente-trois ans, cent dix kilos, employée modèle d’un magasin de bricolage, est en liberté conditionnelle. Il fut un temps où elle s’appelait Lynn, et défilait sur tous les podiums de haute couture. Avant qu’elle ne se décide à s’auto-détruire et à enlever de jeunes garçons, pour mieux les sacrifier à sa mission christique… Parler avec la voix de la folie plutôt que parler de la folie, c’est le pari de ce premier roman sombre et violent, impeccablement mené, où l’on suit, le souffle coupé, une narratrice psychopathe à l’intelligence acérée, éprise d’absolu et de pureté, nous raconter sa quête désespérée d’êtres parfaits.

Mon avis : que dire de ce roman ? Avec son ambiance glauque, je l’ai trouvé presque dérangeant. Une fille qui passe si vite d’une vie de top-modèle à celle d’une psychopathe, je n’ai pas vraiment adhéré. On m’en avait dit du bien, moi je me suis trop souvent ennuyée. Il sera vite oublié…

Veuf

Veuf de Jean-Louis Fournier – Stock, collection  La Bleue, octobre 2011.

Quatrième de couverture : « Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre, c’est bien triste, cette année on n’ira pas faire les soldes ensemble. »

Mon avis : dans mon entourage proche, beaucoup de personnes nous ont quitté ces dernières années, ces derniers mois. Mon oncle fut le dernier, la semaine dernière. J’ai emporté ce livre avec moi pour le lire dans le train qui me conduisait en Bretagne, pour un aller-retour afin de lui dire au-revoir. Dans ma famille, c’est surtout des veuves qui ont du traverser cette douloureuse épreuve qu’est le deuil. Mais que ce soit Jean-Louis Fournier, ma mère, mes tantes, … ou moi, on s’y retrouve tous. Chacun réagit comme il peut, et non pas comme il doit. J’ai beaucoup beaucoup beaucoup aimé ce roman, car, avec une petite touche d’humour, c’est un très bel hommage que rend l’auteur à sa femme. A LIRE ABSOLUMENT !

Morceaux choisis :

« Quand je voulais te mettre en colère je disais que tu étais une bonne ménagère. Tu rangeais tout et je ne retrouvais rien. Aujourd’hui je n’ai plus rien à perdre. » (p.39)

« J’ai reçu un questionnaire du crématorium du Père-Lachaise, ils veulent savoir si j’ai été satisfait des prestations. Je dois mettre des croix dans des petites cases, de “ insatisfait ” à “ très bien ”. On demande aussi mes observations et mes suggestions. Tout est passé en revue, l’accueil, la courtoisie, le choix des textes, le choix des musiques. il y a aussi un service traiteur. A la rubrique “ suggestion ”, je vais proposer un barbecue géant.
Je dois noter le maître de cérémonie, sa tenue, son savoir-faire, sa courtoisie. Le nôtre était bien dans la note, il avait une tête d’enterrement, ce qui est la moindre des choses, il était vêtu sobrement, pas de couleurs vives, un peu triste. Ensuite, on parle de la salle, du décor. On demande si la remise des cendres s’est bien déroulée… Qu’est-ce que ça peut être, une remise des cendres qui se déroule mal ? Une erreur de cendres, une urne qu’on renverse ?
Pour la fin, je garde le meilleur : “ Recommanderiez-vous le crématorium du Père-Lachaise à vos proches ? ” 
(p.40-42)

“ J’ai été amputé de toi sans anesthésie. On m’a retiré ma moitié, ce que j’avais de mieux. Je m’arrose de ton parfum pour que tu repousses.” (p.43)

« Depuis que tu es partie, j’ai pu compter jusqu’à sept millions neuf cent quarante-huit mille huit cents. Tu as eu le temps d’aller te cacher loin. Je cherche partout. Je ne te retrouve pas, je désespère. La partie de cache-cache dure trop longtemps. Allez, tu as gagné, tu peux sortir de ta cachette. Je n’ai plus envie de jouer. Sors de ta cachette, tu as gagné. Sors de ta cachette, je t’en supplie, j’ai perdu, j’ai tout perdu. » (p.58-59)

« Au portemanteau est resté longtemps ton manteau rouge. Chaque fois que je passais devant, je mettais le nez dans le tissu pour respirer ton parfum. » (p.64)

« Maintenant, tous les matins, je me réveille seul. Je ne me souviens plus tout de suite de la triste nouvelle, comme si tu remourais tous les matins. « Remourir » est un verbe qui, heureusement, n’existe pas, je l’ai inventé, ça veut dire mourir à nouveau. On dit bien « revivre ». »(p.71)

« Tu n’as pas téléphoné ce mois-ci. Madame SFR a une bonne nouvelle : tu as droit à un report d’une heure. Le mois prochain tu disposeras au total de deux heures. » (p.72)

« Sur mon téléphone portable, j’ai retiré ton nom de mes contacts. J’ai appuyé sur « chercher », j’ai fait dérouler tous les noms jusqu’à « Sylvie », puis j’ai appuyé sur « option » et là j’ai choisi « supprimer ». Mon écran a affiché une terrible question : « Supprimer Sylvie ? ». J’ai hésité longtemps. Finalement, j’ai enfoncé avec émotion la touche « OK ». J’avais l’impression d’être le président de la République qui appuyait sur le bouton rouge de la bombe atomique. Est apparu alors sur l’écran une petite poubelle avec un couvercle sautillant qui s’est posé dessus pour la fermer. Voilà, c’était fait, je t’avais mise à la poubelle. Certainement qu’un jour, Madame SFR, toujours ludique, aura l’idée de mettre, à la place de la poubelle, un cercueil avec un couvercle qui se referme. » (p.74)

« Tout ce que les machines compliquées de la Salpêtrière n’ont pas réussi à faire, moi, je le fais avec des mots. Je te réanime. » (p.81)

« Chaque fois que je vois des affaires à toi, j’ai du chagrin […]. García Márquez a écrit : « Les gens qu’on aime devraient mourir avec toutes leurs affaires. » (p.85)

« Si tu lis tout ce que j’ai écrit, tu vas avoir envie de revenir. Je pense ne t’avoir jamais dit autant de choses agréables, sans doute à cause de mon imbécile pudeur. Autant je suis habile pour dire des choses désagréables, autant les choses agréables restent bloquées dans ma gorge. Maintenant que tu n’es plus là, j’ai moins honte. Et puis j’ai l’impression que c’est plus facile d’écrire que de dire. Le jour […] où sa femme meurt, on se rend compte à quel point on l’aimait. C’est triste de penser qu’il faut attendre le pire pour enfin comprendre. Pourquoi le bonheur, on le reconnait seulement au bruit qu’il fait en partant ? » (p.128)

« Le veuf Jacques m’a appelé ce matin, il va bien, trop bien, il est gêné d’aller bien, un veuf frais ne doit pas aller bien, ou alors il n’aimait pas sa femme. Quelle connerie. On ne doit jamais avoir honte d’être heureux, mais plutôt être fier, c’est tellement difficile. Même quand on est veuf. » (p.131)

Jenna Fox, pour toujours

Jenna Fox, pour toujours de Mary E. Pearson – Les Grandes Personnes, aout 2010.

Quatrième de couverture : « J’étais quelqu’un avant. Quelqu’un qui s’appelait Jenna Fox. » Ainsi reprend la vie de Jenna, 17 ans, amnésique, après un an passé dans le coma. Tant bien que mal, sous la houlette de ses parents, la jeune fille réapprend à être celle qu’elle a toujours été, une enfant adorée, vénérée. Pourtant, très vite, Jenna comprend qu’elle est bien plus que les faits et statistiques qu’on lui fait avaler. Plus que les vidéos qu’on lui fait regarder. Et avec les souvenirs apparaissent des questions, auxquelles personne ne veut répondre… Identité et éthique scientifique sont au cœur de ce roman d’anticipation qui, une révélation après l’autre, devient un thriller haletant…

Mon avis : un roman d’anticipation, encore un, au rythme un peu lent, mais l’intrigue est bien construite. J’ai suivi Jenna dans sa quête d’identité, dans ses interrogations pour comprendre son présent et surtout son passé. Je lirai la suite, L’héritage Jenna Fox.

Top Ten Tuesday #2

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Le thème de cette semaine est :

Les 10 résolutions littéraires pour 2012

  1. Lire beaucoup plus. Les années passent, certaines sont plus productives que d’autres, mais le constat est toujours le même : j’aimerais lire plus, encore encore encore plus.
  2. Varier mes lectures.
  3. Faire moins d’achats compulsifs, et devenir raisonnable dans une librairie.
  4. Réduire ma PAL, il y a urgence.
  5. Faire de belles découvertes.
  6. Passer moins de temps sur internet pour avoir plus de temps pour lire.
  7. Faire des chroniques plus fraiches, et pas des jours, voire des semaines, après avoir fini le livre.
  8. Trouver au moins une bonne librairie jeunesse, elles deviennent rares.
  9. Agrandir joliment la bibliothèque des enfants
  10. Si challenge(s) il y a, m’y tenir !

Vertige

Vertige de Franck Thilliez – Fleuve Noir, collection Thriller, octobre 2011.

Quatrième de couverture : un homme se réveille au fond d’un gouffre, au cœur d’un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune. Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s’imposera, impérieuse : jusqu’où faut-il aller pour survivre ? Pour son 10e roman, Franck Thilliez réussit un tour de force dans ce huis clos étouffant et glacial à la fois, où il joue à décortiquer l’âme humaine confrontée aux situations de l’extrême. Sans jamais épargner son lecteur, manipulé jusqu’à la dernière ligne, et, qui sait, peut-être plus encore…

Mon avis : Franck Thilliez est un de mes auteurs préférés. Cependant la lecture de ce Vertige fut pour moi laborieuse. On retrouve certes les ingrédients de prédilection de cet auteur, avec un huis clos psychologique où la tension monte au fil des pages. Mais j’ai vraiment commencé à apprécier tout cela qu’après avoir lu les 2/3 du livre. Un énième rebondissement qui m’a, cette fois, emporté jusqu’à la dernière page. Je ne voulais pas abandonner ce livre avant la fin, car cet auteur ne pouvait pas me décevoir. Je regrette de devoir écrire aujourd’hui que ce fut le cas avec Vertige

Top Ten Tuesday #1

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

ANY CHARACTER HERE

Le thème de cette semaine est :

ANY CHARACTER HERE

Les 10 livres à lire en priorité en 2012



ANY CHARACTER HERE

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :