Recherche

blogaëlle

Mois

mai 2012

Seuls 6

Seuls, La quatrième dimension et demie (tome 6) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2011.

Présentation de l’éditeur : À la fin du premier cycle, les cinq enfants faisaient une terrible découverte : ils sont morts ! Ils réagissent de manière différente à cette macabre nouvelle : Camille décide d’organiser leurs funérailles, Yvan tente une séance de spiritisme « inversée » (pour entrer en contact avec les vivants), Leïla décide d’enquêter sur sa propre mort et Dodji ne renonce pas à chercher un moyen de quitter cet endroit, ni enfer, ni paradis, mais où l’on peut toujours souffrir… Mais Saul, leur ennemi de toujours, a des visées beaucoup plus pragmatiques et tente, avec les gamins de son clan, de s’approprier un maximum de quartiers de la ville, forçant les cinq enfants à réagir et entraînant tout le monde dans une escalade de violence.

Mon avis : premier tome du cycle 2. La lenteur se réinstalle malheureusement…

     

Publicités

Seuls 5

Seuls, Au cœur du Maelström (tome 5) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2010.

Présentation de l’éditeur : Au fil des cinq albums, Dodji, Leïla, Camille, Yvan et Terry ont affronté des dangers toujours plus inquiétants et angoissants : les animaux échappés du cirque, l’adolescent attardé mental fan de couteaux, le jeune nazillon qui tyrannisait les enfants occupant un parc d’attractions, les singes kidnappeurs au comportement étrange et ultra violent… Et pourtant, ils n’ont encore rien vu ! Suite à la mort de Dodji, leur leader naturel, les enfants décident de partir explorer la mystérieuse zone rouge. Mauvaise idée : tout se déglingue et le jeune Terry est poursuivi par Alexandre et Sélène, les deux jeunes redoutables archers qui, visiblement, ne lui veulent pas du bien.

Mon avis : ce tome clôture le premier cycle de cette série plutôt agréable. On apprend qu’Alexandre et Sélène cherchent un enfant, qu’ils doivent éliminer au plus vite, mais ils ne savent pas lequel. Ils en savent beaucoup sur ce qui se passe et surtout sur ce qui pourrait se passer, mais ils laissent le lecteur avec encore beaucoup de questions sans réponses. Les enfants découvrent une tour étrange, et Dodji et Saul, que l’on croyait morts, réapparaissant, tous comprennent qu’ils sont morts…

  

Seuls 4

Seuls, Les Cairns rouges (tome 4) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2009.

Présentation de l’éditeur : De retour en ville, Dodji, Leïla, Camille, Yvan et Terry ont décidé d’enquêter sur ce qui était arrivé aux parents d’Yvan. Mais la carcasse de la voiture familiale n’offre que peu d’indices. Retranchés dans un camp improvisé, les enfants renforcés par un certain nombre de membres du « Clan du Requin » accueillent un vieil ennemi : le maître des couteaux. Celui-ci, blessé, leur demande d’aller chercher Lucie, un bébé dont il avait la charge et qui a été kidnappé par des chimpanzés au comportement plutôt bizarre : ceux-ci passent leur temps à empiler des objets pour construire d’immenses cairns qu’ils inondent de peinture rouge ! Face à des ennemis aussi redoutables qu’imprévisibles, les enfants vont devoir faire preuve d’énormément d’imagination et d’audace pour récupérer le bébé…

Mon avis : le ton se durcit un peu avec ces cairns rouges construits et entretenus par des singes agressifs. Alexandre et Sélène, les deux enfants sur lesquels s’achevait le tome 3, sont toujours aussi étranges, et commencent à intriguer certains. Dodji, qui pense ne plus être à la hauteur en tant que chef de clan, prend la lourde décision de quitter un temps ses amis. Et comme dans le tome précédent, la dernière planche, où l’on voit Dodji se fait tirer dessus par quelqu’un qu’il connait mais que l’on ne voit pas clairement, oblige à lire la suite…

  

Seuls 3

Seuls, Le Clan du requin (tome 3) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2008.

Présentation de l’éditeur : Après avoir constaté que leur cité, quoique complètement désertée, était encore remplie de dangers, Dodji, Leïla, Camille, Yvan et Terry ont quitté la ville à bord d’un vieux bus à impériale. Poursuivis par une meute de chiens errants, ils trouvent refuge dans un ancien parc d’attractions où vivent des dizaines d’enfants de leur âge, qui les accueillent chaleureusement. Mais à la tête de ce clan, il y a Saul : un obsédé de la loi du plus fort, admirateur éperdu du IIIe Reich, qui a décidé de reconstituer une mini-société basée sur des lois très autoritaires et très machistes. Et pour asseoir sa légitimité de chef, Saul n’hésite pas à rappeler son exploit : il est le seul à avoir osé traverser le gigantesque aquarium où nage un énorme requin blanc ! Pour les rebelles que sont Dodji et Leïla, les choses vont très vite se gâter et la vie paradisiaque tourner au cauchemar…

Mon avis : on découvre dans ce tome que Dodji et ses amis ne sont pas les seuls enfants en perdition. S’ensuit alors un face à face entre deux clans, celui de Dodji et celui de Saul, qui a élu domicile dans un parc d’attraction. Yvan commence à se souvenir de certaines choses avant qu’il se retrouve seul. Et ce n’est pas pour plaire à deux autres enfants, un frère et une sœur plutôt intrigants sur la dernière planche…

  

Seuls 2

Seuls, Le maître des couteaux (tome 2) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2006.

Présentation de l’éditeur : Que se passe-t-il à Fortville ? Pourquoi tous les habitants ont-ils mystérieusement disparu ? Pourquoi Yvan, Leïla, Camille, Terry et Dodji ont-ils été épargnés et se retrouvent-ils seuls, livrés à eux-mêmes dans cette grande ville vide ? Mais sont-ils vraiment SEULS ? Des peluches désarticulées ou sauvagement attachées avec des barbelés sont découvertes. De mystérieux cliquetis se font entendre. Une silhouette brillant d’étranges éclats apparaît furtivement à une fenêtre.

Mon avis : dans ce deuxième tome, les enfants se retrouvent sous la menace d’un fou lanceur de couteaux. L’intrigue est un peu lente, on aimerait en savoir beaucoup plus et vite ! Mais malgré tout, les pages se tournent bien…

  

Seuls 1

Seuls, La Disparition (tome 1) de Bruno Gazzotti (dessins) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2006.

Présentation de l’éditeur : Ils sont cinq … mais ils sont seuls. Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand coeur. Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

La Disparition, le premier tome de la série « Seuls », de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann a reçu le Prix Jeunesse 9/12 ans lors de la 34e édition du Festival d’Angoulême, en 2007.

Mon avis : ce premier tome pose bien les différents personnages, ainsi que l’intrigue. On s’interroge autant que ces enfants pour comprendre pourquoi et comment ils se retrouvent ainsi du jour au lendemain seuls, sans adultes. Peu de réponses dans ce premier tome, mais elles arriveront j’espère dans la suite… Donc un bon album de présentation qui donne envie d’en voir plus !

     

La liste de mes envies

La liste des mes envies de Grégoire Delacourt – JC Lattès, février 2012.

Présentation de l’éditeur : Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

Mon avis : s’il est une raison pour laquelle j’ai aimé ce livre, c’est de voir que cette femme résignée, qui en gagnant beaucoup perd tout, ne sombre pas. J’ai aimé son courage, sa force, sa volonté, malgré la trahison. Une morale simple, mais une belle leçon de vie.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :