kaiken

Kaïken, de Jean-Christophe Grangé– Albin Michel, septembre 2012.

Résumé : Olivier Passan de la Criminelle. Un solitaire fasciné par le Japon traditionnel, un samouraï des temps modernes, lancé dans la traque d’un insaisissable criminel, « l’Accoucheur », qui éventre les femmes au terme de leur grossesse pour brûler le fœtus. Ce flic tourmenté, complexe, cherche à comprendre les raisons du naufrage de son couple : Naoko, sa femme japonaise, a demandé le divorce mais ils se sont entendus pour une garde alternée de leurs deux enfants. Cette vie de famille chaotique est au centre de l’intrigue, qui joue des similitudes entre l’histoire personnelle de Passan et celle du serial killer que l’on est tenté de voir comme son double monstrueux. Mais le suicide de l’Accoucheur ne résout rien et Passan devra aller jusqu’à Tokyo rechercher la clé de l’énigme…

Mon avis : j’ai délaissé cet auteur depuis Le serment des limbes (que j’avais pourtant beaucoup apprécié, comme tous ses romans précédents, mon préféré étant, pour le moment, La Ligne noire !). Et après avoir fini et apprécié Kaïken, je ne comprends toujours pas pourquoi. Je n’ai jamais été vraiment déçue par cet auteur, et une fois de plus, tous les ingredients sont là pour tenir le lecteur. Je note juste, après avoir relu ma dernière critique sur cet auteur, que la fin de Kaïken est aussi trop rapide et simpliste, elle parait bien fade au regard du reste du roman… J’ai dans ma PAL MiserereLa Forêt des Mânes et Le Passager… Un retard à vite combler !

Publicités