gus
 » Moi c’est Gus. En fait, je m’appelle Gustave, tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. J’aurais préféré m’appeler Brad, Bob ou même Brian, mais je suis bien obligé de me coltiner Gustave. Le prénom, c’est vraiment important, je trouve ça injuste qu’on n’ait pas le droit de choisir de s’appeler Brad alors qu’on sait que c’est précisément LE prénom qui vous va comme un gant.  » Ainsi commence le récit de Gus, 10 ans, qui n’a pas la langue dans sa poche. Tous en prennent pour leur grade : sa sœur qui ne jure que par Nirvana ; son frère qui se fait larguer par SMS et porte de ridicules pantalons slims ; les patrons, le réchauffement climatique… Autant de tranches de vies, découpées à même le quotidien, sur lesquelles il pose un regard acéré pais pourtant pas dénué de tendresse. Un hommage résolument moderne au Petit Nicolas de Sempé et Goscinny.

Un petit roman plein d’ironie et de tendresse, qui peint avec brio la société actuelle. On sourit et l’on rit souvent, les nombreux thèmes évoqués portent un regard critique, mais juste, du monde contemporain. Gus, c’est un petit Nicolas savoureux des temps modernes !
Publicités