Recherche

blogaëlle

Mois

juin 2014

The One and Only Ivan, de Katherine Applegate (texte) et Patricia Castelao (illustrations) – Harper, 2012.

ivanIvan is an easygoing gorilla. Living at the Exit 8 Big Top Mall and Video Arcade, he has grown accustomed to humans watching him through the glass walls of his domain. He rarely misses his life in the jungle. In fact, he hardly ever thinks about it at all. Instead, Ivan thinks about TV shows he’s seen and about his friends Stella, an elderly elephant, and Bob, a stray dog. But mostly Ivan thinks about art and how to capture the taste of a mango or the sound of leaves with color and a well-placed line. Then he meets Ruby, a baby elephant taken from her family, and she makes Ivan see their home—and his own art—through new eyes. When Ruby arrives, change comes with her, and it’s up to Ivan to make it a change for the better. Katherine Applegate blends humor and poignancy to create Ivan’s unforgettable first-person narration in a story of friendship, art, and hope.

A travers l’histoire d’Ivan, on a, malheureusement, un bel aperçu de la vie d’un animal en captivité. On arrive plus ou moins à se mettre dans la peau d’Ivan et de ses amis, à réfléchir sur ce qu’ils peuvent penser. Que savons-nous de leurs pensées, de leurs envies, de leurs peurs, de leurs sentiments ? Ce livre est troublant car on s’approprie les émotions de ces animaux tout en ayant un regard humain. Ce livre est aussi celui de l’envie de liberté, du courage, et surtout de l’amitié. Une histoire émouvante qui a beaucoup de cœur.

ivan1 ivan2 ivan3

Publicités

Nos étoiles contraires, de John Green – Nathan, 2013.

etoilesHazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

 

A force d’avoir lu tant de bonnes critiques sur ce roman, j’attendais beaucoup de cette lecture. Je n’irai pas jusqu’à écrire ici que j’ai été déçue, Car ce livre m’a vraiment touchée dans ses derniers chapitres, au point d’avoir eu les larmes aux yeux plusieurs fois. Sûrement parce qu’il faisait écho avec le vécu de ma famille, car le cancer a fait, ou fait, malheureusement partie maintenant de tant de familles… Mais pour le reste, et mon ressenti sur l’ensemble du roman, je trouve que tout cela sonne faux. Les personnages peinent à convaincre, et la fin est peu surprenante, voire attendue. J’ai le sentiment d’avoir lu Un roman pas abouti. Si j’avais lu ce livre dès sa parution, mon avis aurait été très probablement différent…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :