Recherche

blogaëlle

Mois

juillet 2014

Divergente (tome 1), de Veronica Roth – Nathan, 2011.

divergente1

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente. Ce secret peut la sauver… ou la tuer.

Une fois de plus, qui dit lecture tardive, dit déception. Avec cette fois une petite nuance. Ma déception se fonde en partie sur le manque de profondeur des personnages et, surtout, sur le peu d’originalité dans l’intrigue. J’ai déjà lu d’autres romans utilisant les mêmes ficelles, et les retrouver ici ne m’a pas surprise et donc plutôt déçue. Rien de nouveau donc ! Mais si j’avais lu ce livre avant tous les autres, je sais que ce serait peut-être un coup de cœur. Car tout est présent dans ces pages pour emporter le lecteur jusqu’au bout. Lira ou lira pas le tome 2 ? Je ne sais pas encore…

Les derniers jours du paradis, de Robert Charles Wilson – Denoël, collection Lunes d’encre, septembre 2014.

paradisAlors que l’Amérique se prépare à fêter les cent ans de l’Armistice de 1914, un siècle de paix mondiale, d’avancées sociales et de prospérité, Cassie n’arrive pas à dormir. Au milieu de la nuit, elle se lève et va regarder par la fenêtre. Elle remarque alors dans la rue un homme étrange qui l’observe longtemps, traverse la chaussée… et se fait écraser par un chauffard. L’état du cadavre confirme ses craintes : la victime n’est pas un homme mais un des simulacres de l’Hypercolonie, sans doute venu pour les tuer, son petit frère et elle. Encore traumatisée par l’assassinat de ses parents, victimes sept ans plus tôt des simulacres, Cassie n’a pas d’autre solution que fuir. L’Hypercolonie est repartie en guerre contre tous ceux qui savent que la Terre de 2014 est un paradis truqué.

Je n’ai pas lu beaucoup de livres de science-fiction. C’est un genre que je connais peu, et qui m’attire très peu, voire pas du tout… Mais j’ai tout de même respecté mon « engagement », et lu ce roman que les éditions Denoël ont eu la gentillesse de m’envoyer. Je n’ai pas aimé « Les derniers jours du paradis ». Ce n’est vraiment pas une surprise pour moi. C’est en grande partie à cause du genre, bien sûr. Au début, on ne comprend pas grand chose, avec ces simulacres au « sang » vert qui viennent pour éliminer certains humains, avec cette menace de l’Hypercolonie (malveillante ou pas ?), et la Correspondence Society. Mais on tourne les pages, et l’intrigue se clarifie un peu. On s’attache certes aux personnages, à ceux qui connaissent la « grande » vérité et qui ont choisi de mener le combat contre ce terrible ennemi venu d’ailleurs. Mais voilà, que de pages pour si peu ! Il ne se passe pas grand chose, l’intrigue est noyée dans des détails, et le dénouement de ce roman est bien décevant. Les gentils ont exterminés les méchants… Quelle fin surprenante, originale et agréable pour le lecteur ! Dommage. J’aurais aimé me réconcilier avec le genre, mais ce n’est pas encore pour cette fois… J’ai lu ce livre dans le cadre de l’opération « On vous lit tout » en partenariat avec Libfly et Le Furet du Nord.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :