musso

Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l’endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. À la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période? Avec qui? Et surtout pourquoi est-elle revenue?

C’est un peu honteusement que je viens de lire un Musso… J’ai récidivé, après avoir volontairement éloigné de moi tout roman de cet auteur depuis 2006, année où j’ai découvert cet auteur, apprécié Et après…, un peu moins Sauve-moi et encore moins Seras-tu là. Ses romans utilisant les mêmes ficelles, je me suis lassée au bout de trois. Alors pourquoi avoir « rechuté » ? Tout simplement parce que ma PAL se réduit au fil des mois (je me trainais ce roman depuis 2009…), et que, faute de librairie française où j’habite actuellement, les livres de ma PAL restant ne sont pas toujours de grande qualité ! Bon, cessons toutes ces pseudos justifications et venons en au fait ! Personne ne m’a forcé à le lire, et je l’ai effectivement lu ! Mais, vraiment, je pense (et j’espère !) que ce sera le dernier. J’ai retrouvé le « style » Musso, proche du scénario de série télévisée (et encore) : des chapitres courts, dont les dernières lignes apportent toujours le petit élément « accrocheur » qui vous fait tourner la page suivante ; des personnages inconsistants et lisses ; une fin surprenante, oui, si on veut, mais tellement invraisemblable. Bref, ce roman est décidément trop convenu et mièvre pour moi, rempli de clichés et dépourvu de la moindre profondeur. Un vrai livre d’été…