Recherche

blogaëlle

Mois

novembre 2014

Deux petits pas sur le sable mouillé, de Anne-Dauphine Julliand – Pocket, 2013.

pas

L’histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d’un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l’extérieur. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l’auteur fait une promesse à sa fille : « Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour « . Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut plus ajouter de jours à la vie.

Ce livre est une claque. Un choc comme je n’en ai jamais eu en lisant un livre. C’est un témoignage poignant, vraiment difficile à lire parfois, le témoignage d’une mère qui nous parle de la maladie de ses filles, Thaïs et Azylis. Elle nous dévoile ce combat mené contre la maladie avec toutes les douloureuses épreuves que la famille a dû traverser. Ce livre est triste, bouleversant, violent… mais ce que l’on ressent en le lisant n’est rien comparé à tout ce qu’a vécu cette famille. Je me demande encore comment ils ont pu tenir le coup. Un livre qui secoue beaucoup…

Publicités

Les gens heureux lisent et boivent du café, de Agnès Martin-Lugand – Pocket, mai 2014.

gens

« Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »
Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule. Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Une jolie couverture et un petit roman sans prétention qui se lit vite, avec pour thème principal le deuil et comment se reconstruire après la disparition d’êtres chers. L’écriture est un peu simple, et l’histoire légère, car Diane s’en sort relativement bien (et rapidement) face à cette terrible épreuve. Tant mieux pour elle ! La rencontre avec Edward est improbable mais finalement tellement prévisible que cette histoire me laisse un léger petit goût sans saveur. Mais j’ai tout de même apprécié cette lecture, car j’aime beaucoup ce genre d’intrigue avec des personnages malmenés par la vie. L’écriture n’était pas au rendez-vous, la richesse des personnages non plus, mais ce roman mérite d’être lu pourtant.

Pars avec lui, de Agnès Ledig – Albin Michel, octobre 2014.

PARS_AVEC_LUI_couv.inddIl y a Roméo, pompier professionnel qui chute très gravement en sauvant la vie d’un enfant. Il y a Juliette, l’infirmière du service de réa où il va tenter de recoller les mille morceaux de son corps et de son coeur. Ils souffrent tous les deux. Roméo de ne plus pouvoir s’occuper de Vanessa, sa petite soeur adolescente, rebelle et fragile. Juliette, d’éprouver des difficultés à concevoir un enfant, dont le désir est plus fort que tout, malgré un compagnon humiliant et violent. Il y a aussi Guillaume, un collègue infirmier en quête d’équilibre. Et puis Malou, la grand-mère de Juliette, qui, à quatre vingt- quatre ans, ne croit plus au hasard depuis bien longtemps. Cette rencontre accidentelle pourrait bien bouleverser le destin de tous ces personnages dont les chemins se croisent et s’éloignent sans jamais se perdre. Puisque c’est d’amour dont il s’agit. Une histoire de vie où des personnages d’une extrême vérité cherchent à se délivrer d’un passé douloureux, trouvent dans le présent et les liens humains les remèdes aux peines de l’existence, et nous enseignent qu’être heureux, c’est regarder où l’on va, et non d’où l’on vient.

Merci beaucoup Caroline pour ce livre-cadeau !

Ce roman ressemble à un roman de Gavalda (notamment Ensemble c’est tout), avec une touche plus dure de par les thèmes abordés : les violences conjugales (Laurent est un mec odieux), le harcèlement moral, les accidents, les difficultés à avoir un enfant, les traitements, les fausses couches… Mais pour moi c’est un gros coup de cœur tout de même. J’ai certes déjà lu ce genre de roman, ce genre d’histoire avec des personnages perdus, au bout du bout, que l’on regarde de loin chuter encore un peu plus, puis se relever finalement. Ce genre de roman avec des personnages auxquels on s’attache immédiatement et qui cumulent les difficultés, les obstacles, les problèmes, les combats à mener. Je pensais très souvent à eux quand je ne lisais pas, et cela ne m’est pas arrivé à ce point depuis longtemps. On peut trouver parfois que l’auteur en fait trop, que le sort s’acharne de manière démesurée et écœurante sur les personnages. Parfois on s’attend même à certaines réactions, à certains évènements dans les pages suivantes, et tout se passe bien comme on l’avait pressenti. Mais, malgré tout, j’ai lu, j’ai bu chaque mot, chaque phrase de ce roman qui nous décrit des existences bousculées, malmenées. Un grand roman qui donne encore plus envie de profiter de chaque instant. A lire absolument !

« Si on ne peut pas revenir en arrière, on peut au moins composer avec le présent pour que les instants suivants soient meilleurs. » (p.348)

Amulet #1: The Stonekeeper, de Kazu Kibuishi – Scholastic, 2008.

amuletAfter tragedy strikes their family, Emily and Navin move with their mother to the old home of their great–grandfather. The strange house proves to be dangerous. Before long, a sinister creature lures the kids’ mom through a door in the basement. Emily and Navin, desperate not to lose her, follow her into an underground world inhabited by demons, robots, and talking animals. There, Emily learns that she is a Stonekeeper and essential to the survival of this world, and that her incredible story is only just beginning.

Je plonge enfin dans l’univers d’Amulet. Je viens de faire un grand voyage grâce à ce premier tome qui nous offre un beau graphisme, des personnages attachants, et une histoire simple au départ mais qui s’étoffe au fil des pages pour devenir très prenante. Je suis déjà conquise et impatiente de continuer cette série. A lire absolument !

amulet1amulet3 amulet2 

Double jeu, de Jean-Philippe Blondel – Actes Sud Junior, 2013.

blondel« Changer. C’est ce qu’ils veulent tous. Il faut que j’arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d’être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C’est ce que je voudrais, oui. À l’intérieur, je bous. J’aimerais être loin. Loin, genre à l’autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri. » Quentin, nouveau dans son lycée, est enrôlé dans un cours de théâtre pour jouer dans la pièce de Tennessee Williams « La Ménagerie de verre ». Comme le personnage qu’il interprète, le garçon est tiraillé entre l’envie de tout plaquer pour voir le monde et celle de se battre. D’affronter. Les parents. Les profs. Les spectateurs. L’avenir.

Le dernier roman de Jean-Philippe Blondel que j’ai lu était 06H41, et j’avais été un peu déçue par cette lecture (et très surprise de l’être !). Pour ne pas rester sur une note (légèrement) négative, je devais lire un autre livre de cet auteur. Je viens donc de terminer Double jeu. Et le verdict est sans appel : me voici pleinement sous le charme de cet auteur, pour sa plume (comme toujours, je suis une inconditionnelle) et pour l’histoire (de nouveau !). Je suis très sensible à cette écriture précise et intimiste qui émane des romans de Jean-Philippe Blondel. J’ai adoré suivre l’évolution du personnage de Quentin dans une phase complexe de sa vie, avec ses doutes, ses hésitations, ses tourments, son courage et sa lâcheté, ses échecs et ses réussites… L’auteur nous dresse encore un portrait émouvant et très juste de l’adolescence. Les mots sont percutants et touchants, ils peignent une vérité et décrivent si bien cette étape importante de la vie. A lire absolument !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :