laby

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier… Il se retrouve entouré d’adolescents dans un lieu étrange, à l’ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d’acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. Thomas comprend qu’une terrible épreuve les attend tous. Comment s’échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets enfouis au plus profond de sa mémoire…

Spontanément, après avoir tout juste achevé la lecture de cette dystopie, je dirais que j’ai aimé ce premier tome. Intrigue (facile, mais) prenante. Suspense à (presque) tous les (courts) chapitres. (Après un début de lecture un peu lent), j’ai (finalement) dévoré les pages. Bref, j’aime les dystopies, donc j’ai apprécié. Mais en réfléchissant à ce que j’allais écrire, mon opinion est de plus en plus nuancée. L’intrigue n’a rien de novatrice dans le fond, rien de nouveau ici par rapport à d’autres séries comme Hunger Games, Divergente ou encore la série d’Allie Condie, pour ne citer qu’elles, sauf peut-être l’idée de prendre un héros masculin… Je ne me suis pas beaucoup attachée aux personnages. Thomas est agaçant avec son air du mec qui ne comprend rien mais qui finalement s’adapte très vite, prend les bonnes décisions et finit par sauver tous ces blocards qui tournaient en « rond » dans ce labyrinthe. Mais ce qui m’a le plus dérangé, c’est le personnage de Teresa, la touche « romance » de l’histoire, comme s’il en fallait forcément une. J’imagine déjà ce qu’un tel personnage apportera dans la suite de la série… Je mise donc sur la lecture du tome 2 (que je lirai, bien sûr !)  pour mieux comprendre cet aspect « intrigue facile », en espérant qu’il m’apportera les réponses à mes questions. Et je tiens à préciser que, malgré tout ce que j’ai écrit plus haut, ce roman ado est à lire absolument, si toutefois vous aimez les dystopies !

Publicités