81nJYEuCQOL

« Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps ». « Réparer les vivants » est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Lire ce roman fut pour moi très pénible. L’intrigue et le sujet sont servis par une écriture si difficile à lire, avec ces phrases longues, si longues (jusqu’à une page entière tout de même), que j’ai eu la désagréable impression de lire ce roman à bout de souffle, comme si je manquais d’air ; arrivé au point final de la phase, parfois on ne sait plus comment elle a commencé. Et à force de devoir supporter ces longueurs, ces descriptions à n’en plus finir, l’intérêt pour l’intrigue finit par s’effilocher, on s’éloigne du sujet principal. Et c’est bien dommage. On ressent parfois une certaine émotion. Mais le trop plein de descriptions médicales et techniques atténue cette émotivité. Encore un livre dont je ne comprends pas le succès…

Publicités