Recherche

blogaëlle

Mois

septembre 2016

Banzaï Sakura, de Véronique Delamarre Bellégo – Oskar éditeur, 2014.

banzai-sakura

Sakura Yamanakako, une japonaise de 11 ans, arrive en milieu d’année dans la classe de Joséphine, dite Jo, et de Fabio le caïd. Si Jo devient vite sa meilleure amie, Fabio accueille chaque matin la nouvelle venue avec des surnoms aussi bêtes que racistes. Sakura ne bronche pas, jusqu’au jour où le garçon la traite de « sexy sushi ». C’en est trop… la guerre est déclarée ! Fabio le macho va découvrir un peu tard qu’on ne s’en prend pas impunément à l’héritière des samouraïs.

Un petit roman écrit sous la forme d’un journal, celui de Jo. Elle nous raconte comment elle a lié une nouvelle amitié avec Sakura, et surtout comment elles ont réussi, ensemble, et avec l’aide de leurs camarades, à faire une belle frayeur à Fabio, pour le remettre à sa place et qu’il cesse une bonne fois pour toute d’importuner voire harceler Sakura. Une belle histoire d’amitié, de solidarité, de tolérance, avec une petite touche de culture japonaise.

Lauréat du Prix des Incorruptibles 2015-2016

Publicités

L’orangeraie, de Larry Tremblay – La Table Ronde, 2015.

larry

«Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi.» Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices. Conte moral, fable politique, L’Orangeraie est un roman où la tension ne se relâche jamais. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies et le lyrisme des légendes du désert.

Une lecture violente, dure, parfois insoutenable, qui étourdit, secoue, bouscule. L’écriture, sobre et délicate, parfois même poétique, contraste tant avec l’intrigue que cela en est déroutant. Je me demande encore comment j’ai pu aller au bout de ce roman… Accepter de lire l’inacceptable. Je crois que les mots m’ont porté, m’ont soutenu et aidé à supporter une telle violence. Un roman puissant et émouvant d’où émerge beaucoup de questionnements. Une histoire effrayante que je ne suis pas prête d’oublier. A lire absolument !

Livre lu dans le cadre de la Bibliothèque Orange 2016. Ma note : 4/5.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :