tele

Tous ses camarades ont la télévision. Pas lui. A cause de sa mère et de son oncle qui jurent que « la télé est un poison qui rend con ». Il est le seul de son école et de son quartier à ne pas connaître Goldorak et Dallas. Alors, il va au cinéma. Il y voit un rat blanc aux yeux rouges. Il y voit une femme à poil cracher du sang. Il y voir des samouraïs et des cow-boys et des extraterrestres. De M le maudit à Scarface, de Federico Fellni à Francis Ford Coppola, de Berlin à Chinatown, Guillaume Guéraud raconte dans cette autobiographie les images qui l’ont fait basculer de l’enfance à l’adolescence. Et qui ont nourri tous ses romans précédents.

Un petit récit autobiographique d’un enfant, puis d’un adolescent, qui a grandi sans télévision dans le salon familial. Mais alors que ses camarades d’école lui parlent de dessins animés et de séries qu’il ne connaît pas, Guillaume découvre avec plaisir les salles de cinéma, et les films, les vrais ! Une passion est née. J’ai lu avec délectation les nombreuses évocations à tant de films, lus des passages de scénarios de films cultes (ou pas). Je me suis replongée dans une partie de mon enfance/adolescence avec bonheur ! Merci Guillaume Guéraud !

Publicités