Recherche

blogaëlle

Mois

décembre 2017

Mes coups de coeur 2017

Mes déceptions 2017

 

Publicités

Mes lectures inachevées #14

Voici les livres que j’ai refermés définitivement avant la fin ce mois-ci, mais dont j’ai tout de même envie de garder une petite trace…

À 30 ans, Sophie cherche un nouveau souffle. Elle n’arrive pas à terminer sa thèse, elle a écrit un roman, auquel elle croit plus que tout, mais personne n’en veut… Un jour, la chance : elle croise la route de Joyce Verneuil, la productrice du feuilleton La Vie la Vraie, suivi tous les soirs par des millions de Français. Joyce Verneuil est une femme puissante. Elle croit dans le talent de Sophie, et lui promet de faire en sorte que son roman soit publié. À une condition : que Sophie travaille auprès d’elle, pendant un an, à la production de La Vie La Vraie. Sauf que jamais Marc, son compagnon, ni sa mère, présidente d’université, n’accepteraient que Sophie travaille pour un projet aussi vulgaire qu’un feuilleton télévisé… Sophie pourra-t-elle s’organiser pour qu’ils n’en sachent rien ? Sera-t-elle taillée pour une si grosse machine ? Aura-telle raison de faire confiance à Joyce Verneuil ? Saura-t-elle réconcilier sa vie, ses rêves et ses mensonges ?

Lu : 107/514 pages

 

Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l’accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d’éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d’état amoureux. Mais le regard de braise d’une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l’amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d’une rugueuse force poétique où l’humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

Lu : abandonné très vite, avant les fameuses 100 premières pages…

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :