Recherche

blogaëlle

Catégorie

livre jeunesse

Midnighters, Tome 1 : L’heure secrète, de Scott Westerfeld – Pocket Jeunesse, 2009.

Il existe une ville, aux États-Unis, où le temps s’arrête à minuit. Plus un être ne bouge, tout semble figé… S’ouvre alors l’heure secrète. Le monde appartient aux darklings, des créatures maléfiques qui rodent dans les ténèbres. Seuls quelques ados, nés à minuit pile, sont capables d’évoluer dans cet espace-temps. Ils se surnomment entre eux les midnighters. Tous ont des pouvoirs spéciaux. Tous, sauf Jessica Day. Pourtant, les créatures de l’ombre sentent en elle un danger redoutable et sont prêtes à l’éliminer…

Un bon premier tome qui donne envie de continuer cette série. L’histoire est vite prenante, l’écriture relativement fluide, mais les personnages ne sont pas vraiment attachants pour le moment, et le rythme est parfois un peu trop lent.

Matilda à l’heure d’été, de Marie-Christophe Ruata-Arn – La Joie de lire, 2012.

Matilda est une jeune fille raisonnable. Presque trop raisonnable de l’avis de certains. Rien ne laissait présager qu’on pourrait la soupçonner un jour d’avoir participé à un cambriolage chez trois adorables vieilles dames. Mais les faits sont là et les commérages vont bon train dans la cité où elle habite. Matilda décide de faire toute la lumière sur cette affaire. Mais plus elle tente de rétablir la vérité, plus sa situation se complique.

Un roman qui se lit vite, un style fluide, des personnages attachants, mais une intrigue qui se finit un peu rapidement sans apporter certaines réponses. La part fantastique y est sûrement pour quelque chose, mais je trouve la fin de ce roman légèrement bâclée. Dommage !

Sunny Side Up, de Jennifer L. Holm & Matthew Holm – Scholastic, 2015.

Sunny Lewin has been packed off to Florida to live with her grandfather for the summer. At first she thought Florida might be fun — it is the home of Disney World, after all. But the place where Gramps lives is no amusement park. It’s full of . . . old people. Really old people. Luckily, Sunny isn’t the only kid around. She meets Buzz, a boy who is completely obsessed with comic books, and soon they’re having adventures of their own: facing off against golfball-eating alligators, runaway cats, and mysteriously disappearing neighbors. But the question remains — why is Sunny down in Florida in the first place? The answer lies in a family secret that won’t be secret to Sunny much longer. . .

Un roman graphique aux planches pas très agréables à regarder, mais qui porte une histoire forte. Sunny, éloignée par ses parents de son frère qui doit résoudre son problème d’addiction aux drogues, se retrouve quelque temps chez son grand-père, lequel vit dans un petit appartement au sein d’une communauté pour retraités. Au début, les relations ne sont pas toujours évidentes, mais au fil des jours, le lien familial s’installe vraiment. Grâce aux flashbacks, on comprend mieux ce que ressent Sunny depuis longtemps face à la situation de son frère, et vivre ainsi loin de lui va lui permettre de mieux se comprendre, d’accepter et de dire enfin ce qu’elle a sur le coeur. Une histoire touchante qui évoque habilement ce que peut ressentir l’entourage proche d’une personne qui se drogue.

Ghosts, de Raina Telgemeier – Scholastic, 2016.

 

Catrina and her family are moving to the coast of Northern California because her little sister, Maya, is sick. Cat isn’t happy about leaving her friends for Bahía de la Luna, but Maya has cystic fibrosis and will benefit from the cool, salty air that blows in from the sea. As the girls explore their new home, a neighbor lets them in on a secret: There are ghosts in Bahía de la Luna. Maya is determined to meet one, but Cat wants nothing to do with them. As the time of year when ghosts reunite with their loved ones approaches, Cat must figure out how to put aside her fears for her sister’s sake — and her own.

Une histoire vibrante, sincère et honnête, qui parle de la maladie et de la mort, mais pas d’une manière pesante. Ses thèmes sont présents, bien évoqués, mais tout en n’étant jamais les sujets principaux de l’histoire. La mort devient une partie de la vie, et comme un prétexte pour parler de la Fête des morts, Día de los Muertos. Un livre positif et optimiste. Et une fois de plus une très bonne colorisation.

Le clan des Otori, tome 1 : Le silence du rossignol, de Lian Hearn – Gallimard, 2003.

Pour la première fois de sa vie, Tim va passer deux jours tout seul. Seul dans la très vieille maison où il vient d’emménager avec ses parents. « Si tu as dix minutes à perdre, commence à détapisser les murs de ta chambre », ironise son père. Tim le prend au mot. En arrachant un lambeau de l’affreux papier peint fleuri, Tim fait apparaître un mystérieux message.Dans sa forteresse d’Inuyama, le Seigneur Iida Sadamu est protégé par le fameux «parquet du rossignol» qui conduit à sa chambre. Construit avec un art consommé, ce parquet chante dès qu’on l’effleure. Aucun assassin ne peut le franchir sans qu’Iida l’entende … Au XIVe siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit au sein d’une communauté paisible qui condamne la violence. Mais celle-ci est massacrée par les hommes d’Iida, chef du clan des Tohan. Takeo, sauvé par sire Shigeru, du Clan des Otori, se trouve plongé au cœur de luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Il doit suivre son destin. Mais qui est-il ? Paysan, seigneur ou assassin? D’où tient-il ses dons prodigieux ? Lorsqu’il rencontre la belle Kaede, un amour fou naît entre les deux jeunes gens : devra-t-il choisir entre cet amour, sa dévotion à sire Shigeru et son désir de vengeance ? Sa quête le mènera jusqu’à la forteresse d’Inuyama, lorsqu’il marchera sur le  » parquet du Rossignol « . Cette nuit-là, le rossignol chantera-t-il ?

J’ai trouvé que l’action et l’intrigue se mettaient en place trop lentement. Heureusement, les personnages sont lumineux et attachants. On ne peut pas les abandonner en cours de route sans savoir ce qu’ils vont devenir, sans découvrir quelle aventure ils vont vivre, quel combat ils vont mener. Une jolie fresque du Japon médiéval et un début de saga réussi.

The Nameless City, de Faith Erin Hicks – First Second, 2016.

Built on an ancient mountain pass, the City is forever being invaded by one nation or another, and every new master gives it a new name. But for the natives, their home is the Nameless City, and those who try to name it are forever outsiders. Dreamy, sheltered Kaidu is one such outsider. He’s a Dao born and bred–a son of the latest nation to occupy the Nameless City. Cynical, street-smart Rat is a native, and at first she hates Kai for everything he stands for. But Kai’s love of his new home may be the one thing that can unite these two unlikely friends. And they will need to stand together at all costs…because the fate of the Nameless City rests in their hands.

Je retiendrai l’amitié très forte qui se créée entre Kaidu et Rat, et qui devrait permettre à cette cité sans nom un avenir plus serein. Les personnages sont attachants, on les suit avec plaisir au fil des pages. La colorisation est agréable.

  

Seuls, tome 8 : Les arènes, de Bruno Gazzotti (dessin) et Fabien Vehlmann (scénario) – Dupuis, 2013.

À peine Dodji, Leïla, Yvan, Camille et Terry ont-ils réussi à quitter la Zone Rouge qu’ils sont faits prisonniers par d’étranges soldats marqués d’un grand 6 dans le cou. Emmenés à Néosalem, une ville ancienne qui possède de magnifiques arènes romaines, les cinq héros vont devoir gagner le droit d’entrer dans une des « sept familles du Bien ». Pour ce faire, ils vont devoir réussir des épreuves apparemment classiques mais en fait particulièrement tordues. Sans compter que les dirigeants de la ville les soupçonnent de compter parmi eux le futur chef des forces du Mal…

Mon souvenir du tome 7 était un peu vague, mais suffisant pour ne pas me sentir trop perdue en lisant ce tome 8. Les cinq amis se retrouvent dans une ville composée de plusieurs « familles », et ils doivent traverser de nombreuses épreuves afin de connaître la « famille » à laquelle ils appartiennent chacun. L’intrigue de ce tome était bien plus claire que les précédentes, et les explications nombreuses pour une fois ! Les choses s’éclaircissent un peu…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :