Recherche

blogaëlle

Tag

achevé d’imprimer…

Droit devant, pour un peu, c’est toute une aventure

Droit devant, pour un peu, c’est toute une aventure de Thomas Scotto – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2011.

...Achevé d'imprimer debout...

Quatrième de couverture : À la naissance de sa petite soeur, Alex se découvre une âme de poète et clame son amour au bébé en alexandrins. Même si son registre est très particulier, le nombre de pieds et les rimes sont à leur place. On peut tout dire en poésie !

Mon avis : l’amour que porte Alex pour sa petite sœur est touchant, ainsi que sa volonté de voir ses parents réunis de nouveau. Mais ce sera tout pour moi…

Publicités

La randonnée

La randonnée de Christophe Léon – Thierry Magnier, février 2012.

...Achevé d'imprimer face au grizzli...

Présentation de l’éditeur : Quoi de mieux pour réconcilier cinq adolescents en rupture avec la vie qu’une rando en montagne avec Jeff, un éducateur bienveillant ? Le projet est alléchant pour Jennifer, Lisa, Mariam, Damien et Lukas qui semblent presque enthousiastes. Il faut marcher, camper, faire à manger, se laver dans les torrents glacés… bref! être ensemble 24 h/24. Mais quand Jeff disparaît, et que les ados partent à sa recherche, ils découvrent le cadavre d’une ourse tuée par balle… La montagne est habitée, ils ne sont pas seuls… Mais où est Jeff ?

Mon avis : au départ de cette rando, ce n’est pas l’osmose dans ce petit groupe, bien au contraire. D’un côté l’éducateur, qui essaye tant bien que mal de motiver ces jeunes ; de l’autre les garçons et les filles, qui se cherchent et s’insultent à la moindre occasion. Puis, à mesure que les tensions au sein du groupe s’effacent, la nature semble elle de plus en plus hostile, l’inquiétude de ce qui pourrait l’entourer monte dans l’esprit du groupe. Dans les dernières pages, où tout s’enchaîne très vite, la tension est palpable, on sent que le pire peut arriver… et il arrive. La fin est malheureusement bien trop rapide, ce qui m’a laissé un petit gout d’inachevé pas très agréable en fermant ce petit roman.

Ça s’est passé là / La maîtresse a pleuré trois fois / Ce soir-là / Le goût de la tomate

Ça s’est passé là d’Emmanuel Bourdier – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2010.

...Achevé d'imprimer à quatorze heures tapantes...

Quatrième de couverture : Il est 13h23. Sur le trottoir, la foule regarde le bâtiment E de la cité Marcel Pagnol. Au fil des minutes qui s’écoulent, chacun des spectateurs nous dit quelque chose de sa vie dans ce bâtiment, petit souvenir ou grand, des moments d’émotion impartageable. Et à 14 heures ! C’est le boum.

Mon avis : de 13h23 à 13h30, chaque personnage se remémore avec émotion un souvenir, ce qui le rattache à cette « barre » qui ne sera plus dans quelques minutes. Pour Saâdi, c’est son premier baiser à Fatoumata ; pour Lou, la perte de son doudou ; pour Prune, un accouchement ; pour Roland, l’attente du marchand de glaces ; pour Élisa, une mosaïque ; pour Louisette, le souvenir d’en avoir été la première gardienne. Un petit roman plein d’émotions.

La maitresse a pleuré trois fois de Murielle Szac – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2010.

...Achevé d'imprimer les yeux au ciel...

Quatrième de couverture : Le nouveau copain d’Hugo s’appelle Martin. Il vient d’arriver de Chine et ne parle pas bien français. Un jour, à l’école, sa chaise reste vide. Ce jour-là, la maîtresse fond en larmes. Qu’est-il arrivé à Martin ? Hugo, aidé par sa maman, va remuer ciel et terre pour son ami.

Mon avis : une histoire très touchante et poignante sur l’expulsion d’un enfant, évoquée à travers le regard d’un autre enfant. J’ai rarement lu un livre si court plein d’une telle intensité. Ce fut une lecture bouleversante…

Ce soir-là d’Agnès Lacor– Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2010.

...Achevé d'imprimer à l'heure...

Quatrième de couverture : Benjamin rentre seul à la maison après l’école, seul il fait ses devoirs après avoir goûté. Quelquefois Sebastian, l’étudiant d’à côté, passe le voir ; ça fait un peu de compagnie en attendant le retour de maman. Mais ce soir Caroline est en retard, et Benjamin commence à avoir peur qu’elle ne revienne jamais…

Mon avis : difficile d’attendre le retour de sa maman tous les soirs. L’attente et l’inquiétude sont toujours là, malgré la routine et les petites occupations pour passer le temps. Mais ce soir, Sébastien est très inquiet, car les minutes passent et sa mère n’est toujours pas rentrée. Une petite histoire très intense sur l’attente de l’être cher.

Le goût de la tomate de Christophe Léon – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2011.

...Achevé d'imprimer en rougissant...

Quatrième de couverture : Dans ce monde-là, on ne mange plus que de l’artificiel, les jardins ont disparu : il est interdit de cultiver, cueillir, récolter. Clovis et son père Marius font pousser en grand secret un plant de tomates. Une fois au moins, Clovis goûtera un produit frais, au goût de liberté.

Mon avis : cette histoire peut appartenir à notre futur proche, hélas. Le thème me paraissait intéressant, mais finalement, ce petit roman d’anticipation ne m’a pas emporté plus que ça… Dommage.

Sur le bout des doigts

Sur le bout des doigts d’Hanno – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2004.

...Achevé d'imprimer à tâtons...

Pour savourer entièrement ce petit bijou de 47 pages, je vous conseille de le lire avant de lire ce qui suit ou ce qui est écrit ailleurs…

Présentation de l’éditeur : c’est l’été, Tom fait du canyoning avec son père et son chien, la peur au ventre. À leur retour, à la maison, sa mère est partie à la maternité. Tom et son père partent la rejoindre, Tom découvre du bout des doigts sa petite sœur, Tom est aveugle.
Coup de cœur pour ce texte tout en sensations. Jamais le mot  » aveugle  » n’est prononcé, et le lecteur découvre la vérité en suivant les cailloux blancs du texte, s’il est attentif.
Sur le bout des doigts a reçu le Prix Sorcières 2005.

Mon avis : ce livre est une merveille… J’en suis sortie complètement bouleversée par cette sensibilité, cette pureté. Car oui, Tom est aveugle, mais on ne se doute de rien jusqu’aux premiers « cailloux blancs ». Le premier fut pour moi cette phrase : « Mais moi c’est les yeux. » Mais il y en avait avant. Ensuite, on comprend, mais c’est tout aussi troublant de le savoir. Et là, on prend encore une claque quand Tom fait connaissance, du bout de ses doigts, avec sa petite sœur Sandra. Un livre bouleversant à lire absolument !

« Depuis des mois on a ces mêmes discussions. Mais ça ne fait pas de mal de répéter. Ça rentre dans la tête. Comme la musique rentre dans les doigts, à forcer d’appuyer les touches sur le clavier du piano. Et après, c’est agréable de les laisser se balader tout seuls, de les sentir reconnaitre le chemin. » (page 31)

« Maman dit mon nom, je m’avance en tâtonnant. Elle est là, les genoux dressés sous un drap léger. Elle me prend la main et m’attire vers elle comme au bout d’une ligne de canne à pêche. Ses doigts se joignent en un nœud avec les miens au milieu. » (pages 42-43)

« Alors, c’est du bout des doigts que Tom vient chercher ce sourire au fond du berceau. C’est sans yeux qu’il voit les lèvres aux commissures retroussées […]. Des mains, il continue son chemin délicat, parcourant avec précaution le petit visage. Comme pour le modeler, mais c’est l’inverse. Ce sont les formes qui dans les mains s’inscrivent. Et c’est là, d’abord, que les creux, les courbes et les bosses viennent en mémoire prendre leur place. […] Tout un corps à apprendre à connaitre. » (pages45-46)

« Je trouve sa main, repliée sous le drap. […] Je la déroule et je la pose dans la mienne. Je la garde là, dans le creux. Plus tard, je lui apprendrai à voir comme moi. » (page 47)

Ecran total

Écran total de Christophe Léon – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, mars 2012.

...Achevé d'imprimer sous hypnose...

Quatrième de couverture : Dans cette famille, c’est le fils le plus raisonnable. L’achat d’un grand écran plat va transformer ses parents en spectateurs complètement accros à la télé, jusqu’à tout oublier de la vraie vie…

Mon avis : un petit roman efficace sur les excès de la télévision dans le cadre familial. Ce n’est pas ici les enfants qui en abusent, mais les parents d’Antoine, qui se voit complètement oublié et passé au deuxième plan aux yeux de ses parents, totalement obnubilés par leur tout nouvel « écran plat 127 centimètres plasma ». Plus le temps de dîner, de se parler, de répondre à la voisine qui sonne, de mettre au lit leur enfant. Plus rien ne compte sauf une seule chose : installer cette nouvelle télévision et la regarder. A lire absolument !

L’homme à l’oreille coupée

L’homme à l’oreille coupée de Jean-Claude Mourlevat – Editions Thierry Magnier, collection Petite Poche, janvier 2012 (11e edition).

...Achevé d'imprimer sans mentir...

Quatrième de couverture : dans un port de Norvège, un vieux marin raconte chaque soir comment il a perdu son oreille qui lui manque. Mais ce n’est jamais la même histoire ! A l’écouter, il a eu mille vies et l’a perdue mille fois, cette fameuse oreille… Qui saura un jour la vérité ? Personne sans doute, mais quelle conteur !

Mon avis : j’ai adoré ce petit roman de Mourlevat pour toutes les histoires que racontent ce vieux marin. Au bout de la deuxième (censée expliquer comme les autres la disparition de son oreille), on se dit que ce petit vieux sympathique perd la tête, mais on savoure d’autant plus les scénarios suivants, même les plus improbables, et surtout la fin. A lire absolument !

Presque ado

Presque ado de Charlotte Moundlic – Thierrry Magnier, collection Petite Poche, octobre 2011.

...Achevé d'imprimer ballon en main...

Quatrième de couverture : Raphaëlle a neuf ans et trois mois, et ne se sent plus du tout à l’aise avec son corps qui change brusquement. Plus une petite fille, pas encore une femme, elle aimerait avoir le temps d’apprivoiser ces mutations qui la perturbent.

Mon avis : Raphaëlle n’a que neuf ans, mais déjà son corps commence cette métamorphose vers la puberté. Pas facile quand on est si jeune. Elle n’a qu’une envie : se cacher, camoufler ce corps qu’elle n’accepte pas encore, ce corps qu’elle n’aime pas, ce corps qu’elle ne reconnait plus. Un beau livre sur cette entrée toujours troublante dans l’adolescence, que je proposerai surement à ma fille quand ce sera le moment…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :