Recherche

blogaëlle

Tag

couple

Une autre vie, de S. J. Watson – Sonatine, 2015.

autre

Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l’Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n’ont jamais été faciles, s’étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?

Quand on a découvert et adoré un auteur après la lecture de son premier roman, on ne peut pas ne pas lire son deuxième roman. Mais on est tiraillé entre l’envie de s’y plonger et la peur d’être déçu par ce nouvel opus. J’ai lu Avant aller dormir il y a quatre ans, et j’en garde encore un très bon et vif souvenir, même bien plus qu’un souvenir. Si j’ai mis un petit moment avant d’ouvrir et commencer à lire les pages de ce roman, Une autre vie, c’est que je voulais rester sur cette bonne impression, sur cette sensation si particulière. Pourtant, ma curiosité a été plus forte. Et, comme je le craignais et m’y attendais un peu, mais sans aller jusqu’à la déception et encore moins l’ennui, ce deuxième roman est pour moi un peu en-dessous du premier. J’y ai retrouvé le même mécanisme du thriller psychologique typique de cet auteur, mais la surprise ne fut pas au rendez-vous. Un thriller efficace mais sans trop de saveur, avec une fin décevante, voire bâclée.

Saga #1, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples – Image, 2015.

saga

When two soldiers from opposite sides of a never-ending galactic war fall in love, they risk everything to bring a fragile new life into a dangerous old universe. From bestselling writer Brian K. Vaughan, Saga is the sweeping tale of one young family fighting to find their place in the worlds. Fantasy and science fiction are wed like never before in this sexy, subversive drama for adults.

Malgré des dessins pas du tout à mon goût (mais une excellente colorisation), j’ai relativement bien accroché à cette intrigue riche, très riche, au mélange savoureux de fantasy et de science-fiction, et servie par une imagination débordante du scénariste. Cela annonce des volumes prometteurs !

saga1

Ce qui nous lie, de Samantha Bailly – Milady, 2014.

1409-nous-lie-p_org

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle met à profit pour démasquer les hommes infidèles. Mais au fond, Alice n’aspire qu’à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau poste dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore. Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre l’inaccessible Raphaël, qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

Gros coup de coeur pour ce livre tout doux. Peut-être même au-delà du coup de coeur ! J’avais un léger à priori en commençant cette lecture, que je classais d’avance dans la catégorie « romance », catégorie peu gratifiante pour moi. Mais Ce qui nous lie est une histoire pleine de magie et d’espoir que j’ai dévoré et que je ne voulais pas finir, pour rester encore quelques instants avec ces personnages si attachants. J’ai suivi avec bonheur et plaisir Alice dans ses questionnements, dans sa quête du bonheur, dans ses émotions. J’ai été transportée par cette lecture, par l’écriture, par les mots de l’auteur ; j’étais ailleurs, complètement absorbée par ce bouquin, qu’il me fallait lire, lire, lire. Je viens de découvrir Samantha Bailly, et d’une belle manière ; je sais déjà que d’autres livres de cet auteur vont bientôt rejoindre ma PAL. Une lecture haletante, hypnotique que je vous conseille vivement. Un roman à lire absolument !

Soudain, seuls, d’Isabelle Autissier- Stock, 2015.

seuls

Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn. Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar. Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls. Leurs nouveaux compagnons : des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats. Comment lutter contre la faim et l’épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ? Un roman où l’on voyage dans des conditions extrêmes, où l’on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante.

J’ai dévoré ce livre. Vraiment dévoré. Mais quelle histoire !!! Je connaissais Isabelle Autissier pour ses exploits de navigatrice. Je viens de découvrir sa plume. Et j’avoue avoir été très agréablement surprise. L’écriture est fluide et soignée, minimaliste et précise. L’intrigue, qui m’a captivé, emporté dès les toutes premières pages, renferme un puissant suspense. Les descriptions des paysages, de la nature, de cette île hostile sont magnifiques, les émotions des personnages bouleversantes, la tension psychologique haletante. Il paraît que ses récits de voyage décrivant la réalité sont encore meilleurs. J’en prends bonne note ! Soudain, seuls : une histoire saisissante à lire absolument ! Un très gros coup de coeur !

Livre lu dans le cadre de la Bibliothèque Orange 2016. Ma note : 5/5.

L’instant présent, de Guillaume Musso – XO Editions, mars 2015.


musso

Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an. Il passe sa vie à la chercher… Elle passe la sienne à l’attendre. Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer : « Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel… » Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

J’avais écrit ici que je ne lirai plus un livre de Musso. Mais je viens d’achever la lecture de son dernier roman, qui m’avait été offert il y a quelques mois. Comme nous sommes encore en été, je me suis dit qu’il n’y avait pas meilleure période de l’année pour lire un Musso (quelle belle excuse, non ?) ; et que, lorsque l’on m’offre un bouquin, même s’il est loin de mes goûts littéraires, je ne peux pas ne pas le lire, et le faire relativement rapidement, par respect pour la personne qui m’en a fait cadeau. Donc voilà. Un cinquième opus de Musso sur mes étagères. Et une nouvelle lecture sans surprise. Une nouvelle déception. Mais je le savais d’avance. Cet auteur utilise toujours, toujours, toujours les mêmes codes (New York, encore ; un médecin, encore… etc). A un tel point que cela en devient vraiment irrespectueux envers les lecteurs. Et que dire de cette couverture sur laquelle le nom de l’auteur est bien plus mis en valeur que le titre du livre ??? Que dire de cette mise en page avec ses marges énormes et cette taille de police (presque) digne d’un livre des Editions Feryane en gros caractères pour les personnes malvoyantes ? Et que dire de l’auteur qui bâcle son roman ? Peu importe le contenu et le contenant, achetez, c’est un Musso !  Peu importe, le plus important est ailleurs. Peu importe ce que les lecteurs en pensent, ils l’auront acheté. Il est des auteurs qui devraient écrire moins souvent, mais mieux, et Monsieur Musso en fait partie.

La fille du train, de Paula Hawkins – Sonatine, mai 2015.

train
Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Je suis probablement passée à côté de ce livre, car, une fois cette lecture finie, je ne comprends vraiment pas l’emballement médiatique dont il a bénéficié. Côté écriture, rien d’exceptionnel. Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, bien au contraire, je les ai tous trouvé antipathiques. Le début du roman et la mise en place de l’intrigue sont à mon goût laborieux. Les pages sont bien trop souvent difficiles à tourner. Une lecture douloureuse, qui ne mérite pas que je m’attarde plus longuement à en parler ici.

Marie d’en haut, de Agnès Ledig – Les Nouveaux Auteurs, 2011.

marieA trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n’hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre qu’il n’est pas le bienvenu. Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C’est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie. Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L’enjeu? Le coeur de Marie.

Merci beaucoup Christine pour ce prêt !

Après avoir commencé la découverte de l’univers d’Agnès Ledig en lisant Pars avec lui, j’ai pu poursuivre avec la lecture de son premier roman. Et j’ai aimé cela. On reste bien sûr dans le même style, avec une écriture simple mais efficace, et une histoire humaine avec des personnages touchants auxquels on s’attache très vite. Mais rien de fleur bleue, ni de clichés pour moi. L’auteur nous donne exactement ce qu’il faut, comme un bon dosage d’une formule magique. On n’entre jamais dans le trop plein de sentiments, ni dans la niaiserie, et encore moins dans l’ennui. Un livre que l’on dévore avec délectation. Un livre frais qui fait un bien fou. A lire absolument !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :