Recherche

blogaëlle

Tag

différence

L’explosion du petit pois, d’Alex Cousseau – Editions du Rouergue, collection dacodac, 2013.

Les parents de Violette voient d’un mauvais œil sa relation avec Mona, son amie secrète, un double qu’elle s’est inventée et qui la suit comme son ombre. Ils préféreraient qu’elle se fasse de « vrais » amis. Alors Violette cherche de nouvelles rencontres. Dans son immeuble, elle fait la connaissance du peintre Adreas. Il vient de Norvège et lui raconte comment, avec ses pinceaux, il cherche à capter le moment où les choses se transforment, le moment où le petit pois explose. Il lui raconte aussi son pays, et son envie de partir y rejoindre l’amour de sa vie. Elle rencontre aussi Amos, un garçon de son âge qui habite le même étage qu’Andreas. Un nouvel ami peut-être ? Alex Cousseau peint avec beaucoup de justesse et de tendresse le portrait d’une petite fille. Il rend la richesse des relations qui font le sel de la vie.

Un beau texte qui condense beaucoup de choses fortes en peu de pages. Une lecture touchante pour les jeunes et les moins jeunes.

Publicités

Banzaï Sakura, de Véronique Delamarre Bellégo – Oskar éditeur, 2014.

banzai-sakura

Sakura Yamanakako, une japonaise de 11 ans, arrive en milieu d’année dans la classe de Joséphine, dite Jo, et de Fabio le caïd. Si Jo devient vite sa meilleure amie, Fabio accueille chaque matin la nouvelle venue avec des surnoms aussi bêtes que racistes. Sakura ne bronche pas, jusqu’au jour où le garçon la traite de « sexy sushi ». C’en est trop… la guerre est déclarée ! Fabio le macho va découvrir un peu tard qu’on ne s’en prend pas impunément à l’héritière des samouraïs.

Un petit roman écrit sous la forme d’un journal, celui de Jo. Elle nous raconte comment elle a lié une nouvelle amitié avec Sakura, et surtout comment elles ont réussi, ensemble, et avec l’aide de leurs camarades, à faire une belle frayeur à Fabio, pour le remettre à sa place et qu’il cesse une bonne fois pour toute d’importuner voire harceler Sakura. Une belle histoire d’amitié, de solidarité, de tolérance, avec une petite touche de culture japonaise.

Lauréat du Prix des Incorruptibles 2015-2016

El Deafo, de Cece Bell – Amulet Books, 2014.

eldeafo2

Starting at a new school is scary, even more so with a giant hearing aid strapped to your chest! At her old school, everyone in Cece’s class was deaf. Here she is different. She is sure the kids are staring at the Phonic Ear, the powerful aid that will help her hear her teacher. Too bad it also seems certain to repel potential friends. Then Cece makes a startling discovery. With the Phonic Ear she can hear her teacher not just in the classroom, but anywhere her teacher is in school–in the hallway…in the teacher’s lounge…in the bathroom! This is power. Maybe even superpower! Cece is on her way to becoming El Deafo, Listener for All. But the funny thing about being a superhero is that it’s just another way of feeling different… and lonely. Can Cece channel her powers into finding the thing she wants most, a true friend? This funny perceptive graphic novel memoir about growing up hearing impaired is also an unforgettable book about growing up, and all the super and super embarrassing moments along the way.

Très, très bon roman graphique (et autobiographique) sur le thème de la surdité. Suivre Cece à travers son difficile parcours (mais toujours avec une petite pointe d’humour) m’a beaucoup touchée. Dans cette « histoire », il y a des hauts et des bas, des personnes bienveillantes et d’autres un peu moins, des moments plein d’espoir et de grosses déceptions,… A lire absolument !

eldeafo3839

La coloc, de Jean-Philippe Blondel – Actes Sud Junior, 2015.

la_coloc

« Bon, la première chose que nous avons faite, quand nos parents ont tourné les talons, c’est de hurler – de joie, de soulagement. Nous étions tous les trois tendus – nous n’étions pas sûrs qu’ils iraient jusqu’au bout, nous étions convaincus qu’à un moment ou à un autre, ils allaient dire non, ce n’est pas possible, retourne à l’internat, reprends le bus, c’est une idée stupide, la colocation, à seize ans. » Quitter le cocon familial pour vivre en colocation: le rêve pour tout lycéen ! Pourtant, rien n’aurait pu a priori rapprocher Romain, Rémi et Maxime. Mais ce nouveau quotidien va bousculer leurs certitudes et les pousser à créer un improbable et détonnant trio…

Je ne compte plus les livres écrits par Jean-Philippe Blondel que j’ai lu. Et je ne vous redirai pas à nouveau ici tout le bien que je pense de cet auteur. Il est et reste l’un de mes auteurs français contemporains préférés, si ce n’est MON auteur préféré. La Coloc est un roman qui décrit  parfaitement l’adolescence, la quête d’identité et la recherche de l’indépendance. Les liens entre les personnages sont forts, touchants, et si réalistes. L’intrigue est relativement simple, mais, comme souvent chez cet auteur, très riche. On sent l’envie de rester optimiste quoi qu’il arrive ; les difficultés sont surmontées, les tensions avec les amis ou la famille s’apaisent, chaque jour permet de se construire (ou de se reconstruire), de devenir quelqu’un de bien (ou de meilleur) et cela toujours un peu grâce aux autres, à ceux qui croisent notre chemin. Encore un beau roman qui parle si bien de la vie. Merci Monsieur Blondel !

Autre romans déjà lus :
Double jeu
06H41
Brise glace
(Re)play!
G229
Le baby-sitter
Blog
Au rebond

In real life, de Cory Doctorow (texte) et Jen Wang (dessin) – First Second, 2014.

InRealLife-Cov-300rgbFinal

Anda loves Coarsegold Online, the massively-multiplayer role-playing game where she spends most of her free time. It’s a place where she can be a leader, a fighter, a hero. It’s a place where she can meet people from all over the world, and make friends.
But things become a lot more complicated when Anda befriends a gold farmer–a poor Chinese kid whose avatar in the game illegally collects valuable objects and then sells them to players from developed countries with money to burn. This behavior is strictly against the rules in Coarsegold, but Anda soon comes to realize that questions of right and wrong are a lot less straightforward when a real person’s real livelihood is at stake.
From acclaimed teen author (Little BrotherFor the Win) and Boing Boing editor Cory Doctorow and Koko Be Good creator Jen Wang, In Real Life is a perceptive and high-stakes look at adolescence, gaming, poverty, and culture clash.

Très bon roman graphique qui met en perspective deux mondes parmi les gamers : ceux qui jouent pour gagner de l’argent ; et ceux qui gagnent de l’argent pour jouer. J’ai trouvé cette intrigue très intéressante et bien menée. Choc des cultures, choc des codes de conduite,  ce roman graphique amène à une profonde réflexion. Quant aux dessins et la colorisation, ils sont très réussis. A lire absolument !

  inreallife-2p-16 InRealLife-COMBINED_100-39

A Silent Voice (#1), de Yoshitoki Oima – Kodansha Comics, 2015.

 voice

Shoya is a bully. When Shoko, a girl who can’t hear, enters his elementary school class, she becomes their favorite target, and Shoya and his friends goad each other into devising new tortures for her. But the children’s cruelty goes too far. Shoko is forced to leave the school, and Shoya ends up shouldering all the blame. Six years later, the two meet again. Can Shoya make up for his past mistakes, or is it too late?

Malgré les thèmes forts abordés dans ce manga (le handicap et le harcèlement scolaire), je n’ai pas été séduite par ce premier tome. J’ai trouvé cette lecture dérangeante. Le personnage de Shoya est détestable, et il m’est resté profondément antipathique du début à la fin. Je n’irai donc pas plus loin dans cette série.

Anya’s Ghost, de Vera Brosgol – First Second, 2011.

 anya

Of all the things Anya expected to find at the bottom of an old well, a new friend was not one of them. Especially not a new friend who’s been dead for a century. Falling down a well is bad enough, but Anya’s normal life might actually be worse. She’s embarrassed by her family, self-conscious about her body, and she’s pretty much given up on fitting in at school. A new friend—even a ghost—is just what she needs. But her new BFF isn’t kidding about the « Forever » part…

Un très bon roman graphique sur le thème de l’adolescence. L’auteur aborde ce thème sous un angle original, de manière fine et approfondie. J’ai tout de suite été séduite par l’histoire car je me suis attachée au personnage d’Anya. Côté dessin, j’ai aimé la rondeur du trait et le choix de la colorisation. C’est presque un coup de coeur ! A mettre entre les mains de tout adolescent(e).

67

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :