Recherche

blogaëlle

Tag

école

Les cahiers d’Esther, tome 1 : Histoires de mes 10 ans, de Riad Sattouf – Allary Editions, 2016.

Écrits d’après les histoires vraies d’Esther A.*, Les Cahiers d’Esther nous plongent dans le quotidien d’une fille de 10 ans qui nous parle de son école, ses amis, sa famille, ses idoles. Que sont Tal, Kendji Girac ou bien les têtes brûlées ? Quels sont les critères de beauté que doivent avoir les garçons et les filles pour être populaires ? Comment fait-on quand on a des copines plus riches que soi ? Qu’est-ce que le petit pont massacreur ? Comment les attentats du 7 janvier ont-ils été vécus dans la classe d’Esther ? Comment faire quand on a peur d’avoir des gros seins ? En cinquante-deux pages qui sont autant de saynètes sur un thème à chaque fois différent, Esther nous raconte sa vie et son époque. Ce qu’elle ne dit pas à ses parents, elle le raconte dans ce journal intime, tour à tour drôle et émouvant, tendre et cruel : un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui et un miroir de notre société.
*Les noms des vraies personnes ont été modifiés !

Cette BD, c’est la vision d’une petite fille sur notre société actuelle, c’est ses réactions face à certaines actualités, et c’est aussi sa relation avec sa famille, ses amis à l’école. Esther est parfois drôle, souvent dure et cruelle, elle a (presque) un avis sur tout, elle comprend beaucoup de choses à son âge, mais elle croit aussi en comprendre d’autres. Si Esther est vraiment à l’image de notre jeunesse actuelle, c’est assez inquiétant…

 

Publicités

Out of my mind, de Sharon M. Draper – Atheneum Books for Young Readers, 2010.

Eleven-year-old Melody is not like most people. She can’t walk. She can’t talk. She can’t write. All because she has cerebral palsy. But she also has a photographic memory; she can remember every detail of everything she has ever experienced. She’s the smartest kid in her whole school, but NO ONE knows it. Most people—her teachers, her doctors, her classmates—dismiss her as mentally challenged because she can’t tell them otherwise. But Melody refuses to be defined by her disability. And she’s determined to let everyone know it…somehow.

Un roman très touchant sur le handicap, et surtout sur l’énorme combat que va mener Melody pour, enfin, se faire « entendre » et communiquer avec ses proches et les autres. Du haut de ses onze ans, cette jeune fille nous donne un belle leçon de vie, et surtout de courage. Une lecture coup de coeur !

Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, de J. K. Rowling – Folio junior, 2007.

Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ? C’est avec un mélange d’humour et d’art du suspense incomparable que J.K. Rowling révèle dans ce sixième tome l’extraordinaire complexité de l’univers qu’elle a créé, et qu’elle met en place tous les ressorts du dénouement.

J’ai dévoré ce tome 6. Un vrai régal ! L’action est bien moins présente que dans les tomes précédents, mais on y apprend énormément de choses, et on sent que l’auteur pose et précise l’intrigue avant un dénouement final grandiose qui aura lieu dans le dernier tome. La tension monte crescendo, le quotidien des élèves de Poudlard s’obscurcit. Et, malheureusement, la lecture s’achève avec la perte d’un grand personnage, de nouveau, un personnage auquel je m’étais tant attachée. Cette disparition de Dumbledore est bien douloureuse à lire et à accepter…

Banzaï Sakura, de Véronique Delamarre Bellégo – Oskar éditeur, 2014.

banzai-sakura

Sakura Yamanakako, une japonaise de 11 ans, arrive en milieu d’année dans la classe de Joséphine, dite Jo, et de Fabio le caïd. Si Jo devient vite sa meilleure amie, Fabio accueille chaque matin la nouvelle venue avec des surnoms aussi bêtes que racistes. Sakura ne bronche pas, jusqu’au jour où le garçon la traite de « sexy sushi ». C’en est trop… la guerre est déclarée ! Fabio le macho va découvrir un peu tard qu’on ne s’en prend pas impunément à l’héritière des samouraïs.

Un petit roman écrit sous la forme d’un journal, celui de Jo. Elle nous raconte comment elle a lié une nouvelle amitié avec Sakura, et surtout comment elles ont réussi, ensemble, et avec l’aide de leurs camarades, à faire une belle frayeur à Fabio, pour le remettre à sa place et qu’il cesse une bonne fois pour toute d’importuner voire harceler Sakura. Une belle histoire d’amitié, de solidarité, de tolérance, avec une petite touche de culture japonaise.

Lauréat du Prix des Incorruptibles 2015-2016

A Silent Voice (#1), de Yoshitoki Oima – Kodansha Comics, 2015.

 voice

Shoya is a bully. When Shoko, a girl who can’t hear, enters his elementary school class, she becomes their favorite target, and Shoya and his friends goad each other into devising new tortures for her. But the children’s cruelty goes too far. Shoko is forced to leave the school, and Shoya ends up shouldering all the blame. Six years later, the two meet again. Can Shoya make up for his past mistakes, or is it too late?

Malgré les thèmes forts abordés dans ce manga (le handicap et le harcèlement scolaire), je n’ai pas été séduite par ce premier tome. J’ai trouvé cette lecture dérangeante. Le personnage de Shoya est détestable, et il m’est resté profondément antipathique du début à la fin. Je n’irai donc pas plus loin dans cette série.

Anya’s Ghost, de Vera Brosgol – First Second, 2011.

 anya

Of all the things Anya expected to find at the bottom of an old well, a new friend was not one of them. Especially not a new friend who’s been dead for a century. Falling down a well is bad enough, but Anya’s normal life might actually be worse. She’s embarrassed by her family, self-conscious about her body, and she’s pretty much given up on fitting in at school. A new friend—even a ghost—is just what she needs. But her new BFF isn’t kidding about the « Forever » part…

Un très bon roman graphique sur le thème de l’adolescence. L’auteur aborde ce thème sous un angle original, de manière fine et approfondie. J’ai tout de suite été séduite par l’histoire car je me suis attachée au personnage d’Anya. Côté dessin, j’ai aimé la rondeur du trait et le choix de la colorisation. C’est presque un coup de coeur ! A mettre entre les mains de tout adolescent(e).

67

Harry Potter et l’Ordre du Phénix, de J. K. Rowling – Folio junior, 2007.

 harry

À quinze ans, Harry entre en cinquième année à Poudlard mais il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour. Le ministère de la Magie ne semble pas prendre cette menace au sérieux, contrairement à Dumbledore, le directeur du collège de Poudlard. La résistance s’organise alors autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

De tous les tomes lus jusqu’à maintenant, c’est le premier que j’ai eu un peu de mal à lire. Et ce n’est pas à cause de son grand nombre de pages (1031 !). J’ai trouvé que ce tome manquait parfois de rythme, qu’il y avait certains passages un peu lents, un peu longs. Et par opposition, je trouve que la mort de Sirius est trop rapidement traitée, presque bâclée. De plus, avec ce cinquième tome de la saga, on entre pleinement dans l’adolescence ; et les réactions de Ron, Harry ou encore Hermione sont parfois agaçantes. Mais c’est un tome riche, sombre, instructif. Je ne me plains pas ici des nombreux détails, car ils nous permettent d’apprendre tant de choses, sur certains personnages (notamment Rogue et Voldemort), sur l’histoire de Poudlard, sur le Ministère de la Magie.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :