Recherche

blogaëlle

Tag

fantasy

Midnighters, Tome 1 : L’heure secrète, de Scott Westerfeld – Pocket Jeunesse, 2009.

Il existe une ville, aux États-Unis, où le temps s’arrête à minuit. Plus un être ne bouge, tout semble figé… S’ouvre alors l’heure secrète. Le monde appartient aux darklings, des créatures maléfiques qui rodent dans les ténèbres. Seuls quelques ados, nés à minuit pile, sont capables d’évoluer dans cet espace-temps. Ils se surnomment entre eux les midnighters. Tous ont des pouvoirs spéciaux. Tous, sauf Jessica Day. Pourtant, les créatures de l’ombre sentent en elle un danger redoutable et sont prêtes à l’éliminer…

Un bon premier tome qui donne envie de continuer cette série. L’histoire est vite prenante, l’écriture relativement fluide, mais les personnages ne sont pas vraiment attachants pour le moment, et le rythme est parfois un peu trop lent.

Ghosts, de Raina Telgemeier – Scholastic, 2016.

 

Catrina and her family are moving to the coast of Northern California because her little sister, Maya, is sick. Cat isn’t happy about leaving her friends for Bahía de la Luna, but Maya has cystic fibrosis and will benefit from the cool, salty air that blows in from the sea. As the girls explore their new home, a neighbor lets them in on a secret: There are ghosts in Bahía de la Luna. Maya is determined to meet one, but Cat wants nothing to do with them. As the time of year when ghosts reunite with their loved ones approaches, Cat must figure out how to put aside her fears for her sister’s sake — and her own.

Une histoire vibrante, sincère et honnête, qui parle de la maladie et de la mort, mais pas d’une manière pesante. Ses thèmes sont présents, bien évoqués, mais tout en n’étant jamais les sujets principaux de l’histoire. La mort devient une partie de la vie, et comme un prétexte pour parler de la Fête des morts, Día de los Muertos. Un livre positif et optimiste. Et une fois de plus une très bonne colorisation.

The Unwanteds #1, de Lisa McMann – Aladdin, 2011.

unwanteds

Every year in Quill, thirteen-year-olds are sorted into categories: the strong, intelligent Wanteds go to university, and the artistic Unwanteds are sent to their graves. On the day of the Purge, identical twins Alex and Aaron Stowe await their fate. While Aaron is hopeful of becoming a Wanted, Alex knows his chances are slim. He’s been caught drawing with a stick in the dirt-and in the stark gray land of Quill, being creative is a death sentence. But when Alex and the other Unwanteds face the Eliminators, they discover an eccentric magician named Mr. Today and his hidden world that exists to save the condemned children. Artimé is a colorful place of talking statues, uncommon creatures, and artistic magic, where creativity is considered a gift… and a weapon.

Aller au bout de ce roman ne fut pas aisé, malgré l’utilisation de sa version audio par moments. Je pensais et attendais désespérément d’entrer dans l’histoire, mais non, l’ennui fut plus fort.  Grosse déception pour ce livre dont j’attendais sûrement trop. Je ne continuerai pas cette série… Très jolie couverture cependant.

Bone 1 : Out from Boneville, de Jeff Smith – Scholastic, 2005.

bone

After being run out of Boneville, the three Bone cousins – Fone Bone, Phoney Bone, and Smiley Bone – are separated and lost in a vast, uncharted desert. One by one, they find their way into a deep, forested valley filled with wonderful and terrifying creatures. Eventually, the cousins are reunited at a farmstead run by tough Gran’Ma Ben and her spirited granddaughter, Thorn. But little do the Bones know, there are dark forces conspiring against them and their adventures are only just beginning!

Déjà adopté depuis longtemps par mes enfants, il me fallait découvrir l’univers de Bone et de ses amis. Un univers fantasy, un petit côté médiéval sympathique, un personnage tout en rondeur fort attachant, une intrigue qui se met bien en place dès le premier tome (j’aime beaucoup cela !), des dessins et une colorisation agréables, … Je valide ce premier tome, et j’ajoute une nouvelle série dans ma liste !

Saga #1, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples – Image, 2015.

saga

When two soldiers from opposite sides of a never-ending galactic war fall in love, they risk everything to bring a fragile new life into a dangerous old universe. From bestselling writer Brian K. Vaughan, Saga is the sweeping tale of one young family fighting to find their place in the worlds. Fantasy and science fiction are wed like never before in this sexy, subversive drama for adults.

Malgré des dessins pas du tout à mon goût (mais une excellente colorisation), j’ai relativement bien accroché à cette intrigue riche, très riche, au mélange savoureux de fantasy et de science-fiction, et servie par une imagination débordante du scénariste. Cela annonce des volumes prometteurs !

saga1

Sept voleurs, de David Chauvel (scénario) et Jérôme Lereculey (dessin) – Delcourt, 2007.

sept

Deux voleurs sans envergure, qui survivent tant bien que mal de leurs larcins, se font abordés par deux nains. Ces derniers souhaitent faire usage de leurs talents dans le cadre d’une mission risquée, mais très lucrative : s’emparer du fabuleux trésor de leur peuple. Pour mener à bien cette expédition, ils ont besoin des deux hommes mais aussi d’un colosse capable de transporter le butin et de deux féroces… orcs !

Ce tome de la série Sept est très orienté fantasy, que j’apprécie moyennement. J’ai peu aimé le coup de crayon de Jérôme Lereculey. L’intrigue de David Chauvel m’a plu, mais je ne garderai pas un souvenir impérissable de ce volume.

 

3

7

L’apprenti épouvanteur (tome 1)

apprenti

 

L’apprenti épouvanteur (tome 1), de Joseph Delaney – Bayard Jeunesse, 2005.

 

 » L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.  » Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

 

Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai vraiment pas accroché. J’ai survolé les trois derniers chapitres pour finir ce roman au plus vite (ce que je fais très rarement), comme pour m’en débarrasser. Ma curiosité n’a pas été assez éveillée pour prolonger avec le tome 2. Du moins pour le moment. Si un jour mes enfants se lancent dans la lecture de cette série, j’y reviendrai peut-être…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :