Recherche

blogaëlle

Tag

quête d’identité

Kiss, de Jacqueline Wilson – Gallimard Jeunesse, Collection Scripto, 2009.

untitled

Emily et Carl sont amis depuis toujours. Petits, ils jouaient à se marier et aujourd’hui encore, Emily pense que plus tard elle épousera Carl. Pourtant, cette année, Carl est moins présent. Il a changé de collège, c’est vrai. Mais pourquoi est-il si distant? Comme s’il l’évitait… Emily est loin d’imaginer les véritables raisons de l’attitude étrange de son ami…Un roman irrésistible qui évoque avec délicatesse le trouble et les chagrins d’un premier amour «différent», par un auteur phare de la littérature jeunesse

Malgré des clichés et quelques petites longueurs par-ci par-là, c’est un roman plutôt agréable sur l’amitié, l’adolescence, les premières relations amoureuses et l’homosexualité. Je trouve cependant que l’auteur effleure trop le sujet de l’homosexualité, et achève son roman en ayant aborder ce sujet sérieux avec trop de superficialité. Dommage.

Lauréat du 22ème Prix des Incorruptibles 2010/2011, niveau 3ème/Lycée.

La coloc, de Jean-Philippe Blondel – Actes Sud Junior, 2015.

la_coloc

« Bon, la première chose que nous avons faite, quand nos parents ont tourné les talons, c’est de hurler – de joie, de soulagement. Nous étions tous les trois tendus – nous n’étions pas sûrs qu’ils iraient jusqu’au bout, nous étions convaincus qu’à un moment ou à un autre, ils allaient dire non, ce n’est pas possible, retourne à l’internat, reprends le bus, c’est une idée stupide, la colocation, à seize ans. » Quitter le cocon familial pour vivre en colocation: le rêve pour tout lycéen ! Pourtant, rien n’aurait pu a priori rapprocher Romain, Rémi et Maxime. Mais ce nouveau quotidien va bousculer leurs certitudes et les pousser à créer un improbable et détonnant trio…

Je ne compte plus les livres écrits par Jean-Philippe Blondel que j’ai lu. Et je ne vous redirai pas à nouveau ici tout le bien que je pense de cet auteur. Il est et reste l’un de mes auteurs français contemporains préférés, si ce n’est MON auteur préféré. La Coloc est un roman qui décrit  parfaitement l’adolescence, la quête d’identité et la recherche de l’indépendance. Les liens entre les personnages sont forts, touchants, et si réalistes. L’intrigue est relativement simple, mais, comme souvent chez cet auteur, très riche. On sent l’envie de rester optimiste quoi qu’il arrive ; les difficultés sont surmontées, les tensions avec les amis ou la famille s’apaisent, chaque jour permet de se construire (ou de se reconstruire), de devenir quelqu’un de bien (ou de meilleur) et cela toujours un peu grâce aux autres, à ceux qui croisent notre chemin. Encore un beau roman qui parle si bien de la vie. Merci Monsieur Blondel !

Autre romans déjà lus :
Double jeu
06H41
Brise glace
(Re)play!
G229
Le baby-sitter
Blog
Au rebond

Le monde de Charlie, de Stephen Chbosky- Le Livre de Poche, août 2015.

 charlie

Au lycée où il vient de rentrer on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Pour son prof de lettres, c’est un prodige ; pour les autres, juste un freak. En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, les filles, la fête: c’est tout un mode que Charlie découvre…

Encore une lecture laborieuse (par le temps que j’ai mis à lire ce petit roman), décidément ! Pour faire court : lecture moyennement appréciée / personnages peu attachants voir détestables /  roman épistolaire = pas ma tasse de thé / des sujets intéressants (l’adolescence, la quête d’identité, l’amitié, …) mais rien de nouveau ici / définitivement pas mon roman préféré sur le thème de l’adolescence… Mais, par curiosité, je regarderai quand même l’adaptation cinématographique à l’occasion.

Anya’s Ghost, de Vera Brosgol – First Second, 2011.

 anya

Of all the things Anya expected to find at the bottom of an old well, a new friend was not one of them. Especially not a new friend who’s been dead for a century. Falling down a well is bad enough, but Anya’s normal life might actually be worse. She’s embarrassed by her family, self-conscious about her body, and she’s pretty much given up on fitting in at school. A new friend—even a ghost—is just what she needs. But her new BFF isn’t kidding about the « Forever » part…

Un très bon roman graphique sur le thème de l’adolescence. L’auteur aborde ce thème sous un angle original, de manière fine et approfondie. J’ai tout de suite été séduite par l’histoire car je me suis attachée au personnage d’Anya. Côté dessin, j’ai aimé la rondeur du trait et le choix de la colorisation. C’est presque un coup de coeur ! A mettre entre les mains de tout adolescent(e).

67

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, de Benjamin Alire Sáenz – Pocket Jeunesse, juin 2015.

 aristote

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Encore un coup de coeur ? Presque ! Qu’il est bon de lire ! Après Amours, j’ai eu la chance de lire ce roman, et le bonheur de vivre à nouveau une très belle expérience de lectrice, à laquelle il ne manque pas grand chose pour basculer vers un coup de coeur. Peut-être est-ce l’écriture qui, selon moi, ne porte pas assez cette touchante histoire. Mais pour le reste, je n’ai pas boudé mon plaisir. J’ai été complètement séduite par tous les personnages, que ce soit Aristote et Dante, bien sûr, mais aussi leurs parents. Il y a tant de chaleur, d’amour, de bons sentiments qui émergent de ces pages qu’il est, je pense, impossible de rester insensible, de ne pas être touchée, et, au final, complètement séduite par cette histoire. Je vous recommande chaudement ce livre !

Smile, de Raina Telgemeier – Scholastic, 2010.

 smile

Raina just wants to be a normal sixth grader. But one night she trips and falls, severely injuring her two front teeth. What follows is a long and frustrating journey with on-again, off-again braces, surgery, embarrassing headgear, and even a retainer with fake teeth attached. And on top of all that, there’s still more: a major earthquake, boy confusion, and friends who turn out to be not so friendly.

Un roman graphique et autobiographique, qui parle essentiellement de l’adolescence, avec notamment la recherche d’identité du personnage principal, Raina. Elle cherche sa place, se demande si elle doit changer pour garder ses ami(e)s, ou rester fidèle à elle-même au risque de les perdre. C’est aussi l’heure des premiers émois amoureux. Et pour Raina, comme de nombreux adolescents, cette période charnière de la vie passera aussi par la case orthodontie. Pour la jeune fille, cette étape sera plus longue et plus difficile après sa chute et la perte de ses deux dents. Mais on suit son parcours et ses nombreuses visites chez les spécialistes dentaires avec une certaine compassion. Le dessin est assez simpliste, mais les planches colorées illustrent très bien l’histoire. Même si cette BD est très axée sur les dents, j’ai passé un bon moment, et j’ai très envie de lire les autres livres de Raina Telgemeier.

6

39

80

Double jeu, de Jean-Philippe Blondel – Actes Sud Junior, 2013.

blondel« Changer. C’est ce qu’ils veulent tous. Il faut que j’arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d’être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C’est ce que je voudrais, oui. À l’intérieur, je bous. J’aimerais être loin. Loin, genre à l’autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri. » Quentin, nouveau dans son lycée, est enrôlé dans un cours de théâtre pour jouer dans la pièce de Tennessee Williams « La Ménagerie de verre ». Comme le personnage qu’il interprète, le garçon est tiraillé entre l’envie de tout plaquer pour voir le monde et celle de se battre. D’affronter. Les parents. Les profs. Les spectateurs. L’avenir.

Le dernier roman de Jean-Philippe Blondel que j’ai lu était 06H41, et j’avais été un peu déçue par cette lecture (et très surprise de l’être !). Pour ne pas rester sur une note (légèrement) négative, je devais lire un autre livre de cet auteur. Je viens donc de terminer Double jeu. Et le verdict est sans appel : me voici pleinement sous le charme de cet auteur, pour sa plume (comme toujours, je suis une inconditionnelle) et pour l’histoire (de nouveau !). Je suis très sensible à cette écriture précise et intimiste qui émane des romans de Jean-Philippe Blondel. J’ai adoré suivre l’évolution du personnage de Quentin dans une phase complexe de sa vie, avec ses doutes, ses hésitations, ses tourments, son courage et sa lâcheté, ses échecs et ses réussites… L’auteur nous dresse encore un portrait émouvant et très juste de l’adolescence. Les mots sont percutants et touchants, ils peignent une vérité et décrivent si bien cette étape importante de la vie. A lire absolument !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :