Recherche

blogaëlle

Tag

relation enfant-adulte

La fille qui n’aimait pas les fins, de Yaël Hassan et Matt7ieu Radenac – Syros, 2013.

fille

Maya est une amoureuse des livres. Elle en a déjà cent trente-quatre ! Sa mère, qui ne peut pas lui acheter tous les livres de la terre, l’inscrit contre son gré à la bibliothèque. Dans ce lieu paisible et studieux, Maya va faire la rencontre d’un vieux monsieur plein de fantaisie, qui l’intrigue beaucoup et dont elle se sent proche. Qui est réellement le mystérieux Manuelo ? La plus belle des surprises est au bout de l’histoire…

Mon fils a lu ce livre pendant son année de CM2, sa classe participant au Prix des Incorruptibles 2014/2015. Il a tellement aimé ce roman, qu’il a voulu l’acheter pour le relire, et le relire encore. Comme il m’en a tant et si bien parlé, je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. Et, une fois de plus, je suis une maman heureuse de partager ces moments de lecture avec mon ado en devenir, et partager aussi des coups de coeur lecture ! Il y a tant de choses dans ce roman : des livres, une bibliothèque, des secrets, du mystère, des liens forts qui se créent entre deux personnages qui se retrouvent, l’évocation du deuil, la reconstruction, une petit dose de pardon, beaucoup d’humanité, des personnages attachants, … Une très belle histoire, une très belle écriture. Mon fils et moi vous recommandons vivement ce roman !

Lauréat du 26ème Prix des Incorruptibles (2014/2015).

Géant, de Jo Hoestlandt – Magnard Jeunesse, 2014.

geant

Cette histoire commence dans les marais, entre la terre et l’eau. Montés sur des échasses, Louis et Martin, son père, sont bergers. Tels les derniers géants, ils veillent sur leur troupeau. Mais à la mort de Martin, Louis et sa mère s’installent en ville. Il faut gagner de l’argent, aller à l’école, se faire de nouveaux copains, apprendre la bagarre et comprendre les filles, en particulier : Sofia. Elle vit avec son père et sa petite sœur Maria, qui ne parle pas. Et cette fille-là, elle est spéciale et spécialement drôle. Coup de chance, c’est sa voisine !

Un petit roman sur le deuil, donc un peu triste et mélancolique, mais avec une légère note poétique et surtout un fil d’espoir qui grandit au fil des pages. L’avenir de Louis, bien sombre à ses yeux au début, après la mort brutale de son père, s’éclaircit en rencontrant ses voisins et l’amitié, l’humour, le théâtre ! La colère et la tristesse font progressivement place à la reconstruction, à la joie de vivre, au bonheur tout simplement. Une jolie leçon de vie !

Deux familles pour Lulu, d’Agnès Lacor – Bayard Jeunesse, 2014.

lulu

 » Le ciel est vert, et je déteste le vert. On dirait l’immonde soupe de brocolis de Madame Grandet. Alors forcément, c’est une mauvaise journée. Une femme ouvre la porte, et je n’ai pas assez d’yeux pour la regarder d’un seul coup : cent kilos !  » Quand Lulu découvre sa nouvelle famille d’accueil, il est effondré ! Dans l’appartement, ça pue le chou et la déco est horrible ! Comment va-t-il pouvoir vivre dans un endroit pareil ? Lulu songe déjà à s’enfuir…

Lecture conseillée par mon fils, pour mon plus grand plaisir : plaisir de partager autour de la lecture avec lui, et plaisir lors de cette lecture. Que demander de plus ? Deux familles pour Lulu est un très joli roman sur le placement en famille d’accueil et le lien précieux que l’enfant placé doit garder avec ses parents, ici avec sa mère. Un jour, Lulu pose ses petites valises dans la chaleureuse et aimante maison de Monique et Jean-Michel. Contre toute attente, il va y trouver sa place, mais aussi l’amitié, le soutien, l’attention et l’affection qu’il recherchait tant, tout en préservant une relation forte avec sa mère. Les personnages rencontrés dans ce petit roman sont très attachants. Et on les quitte avec regret.

Situations critiques (Pico bogue #2) , de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2010.

 pico

Pico Bogue est un petit garçon à la langue bien pendue, qui s’intéresse déjà à tout, et pose à ses parents toutes les questions qui lui viennent à l’esprit, surtout celles sur le sens de la vie. Son impertinence n’a d’égale que sa tendresse, et son sens de la contradiction n’est surpassé que par son inépuisable curiosité. Des traits de caractère qui provoquent parfois des crises de nerfs ou d’épuisement chez ses parents, et une immense joie chez ses lecteurs !

De la douceur, de l’humour, un peu de cynisme et de petites phrases, … Ce tome 2 est aussi savoureux que le premier ; Pico et sa petite soeur sont toujours attachants. Un petit sourire (au minimum !) assuré à chaque double page. Voici mes planches préférées !

 IMG_0192  IMG_0193 IMG_0194  IMG_0195 IMG_0196 IMG_0197 IMG_0198  IMG_0199 IMG_0200

IMG_0201 IMG_0202

Eleanor & Park, de Rainbow Rowell – Pocket Jeunesse, juin 2014.

park1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

J’ai tourné les pages, avec un certain entrain avec le recul, pour savoir comment se terminerait cette histoire, mais je n’ai jamais vraiment été pleinement séduite par l’histoire, par les personnages et encore moins par l’écriture de l’auteur. J’ai trouvé cette histoire parfois un peu simpliste. J’ai souvent eu le sentiment de lire les pages d’un journal intime de mauvaise qualité et manquant de réalisme. Le personnage d’Eleanor, difficile à comprendre et peu attachante, est confus, avec des réactions très puériles suivies d’autres bien plus courageuses. Park, lui, pense bien trop au regard des autres, ses réactions vis à vis d’Eleanor sont parfois choquantes, et il passe bien vite du dégoût à l’amour. Mais on est ici au coeur même de l’adolescence, et ce livre en parle assez bien en fait. L’auteur dépeint d’une manière délicate, avec finesse et tendresse, ces relations compliquées au lycée entre deux adolescents, un peu perdus et marginaux, ainsi que les maladresses de leur premier émoi amoureux. Le reste, notamment les violences au sein de la sphère familiale d’Eleanor, est traité sans conviction ni profondeur. Dommage…

Le petit Gus, de Claudine Desmarteau – Albin Michel, 2010.

gus
 » Moi c’est Gus. En fait, je m’appelle Gustave, tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. J’aurais préféré m’appeler Brad, Bob ou même Brian, mais je suis bien obligé de me coltiner Gustave. Le prénom, c’est vraiment important, je trouve ça injuste qu’on n’ait pas le droit de choisir de s’appeler Brad alors qu’on sait que c’est précisément LE prénom qui vous va comme un gant.  » Ainsi commence le récit de Gus, 10 ans, qui n’a pas la langue dans sa poche. Tous en prennent pour leur grade : sa sœur qui ne jure que par Nirvana ; son frère qui se fait larguer par SMS et porte de ridicules pantalons slims ; les patrons, le réchauffement climatique… Autant de tranches de vies, découpées à même le quotidien, sur lesquelles il pose un regard acéré pais pourtant pas dénué de tendresse. Un hommage résolument moderne au Petit Nicolas de Sempé et Goscinny.

Un petit roman plein d’ironie et de tendresse, qui peint avec brio la société actuelle. On sourit et l’on rit souvent, les nombreux thèmes évoqués portent un regard critique, mais juste, du monde contemporain. Gus, c’est un petit Nicolas savoureux des temps modernes !

La vie et moi (Pico Bogue 1) / BD du mercredi #4

pico

Pico Bogue, tome 1 : La vie et moi, de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2008.

Présentation de l’éditeur : Pico Bogue est le fils aîné d’une famille tout ce qu’il y a de plus normal, c’està- dire unique, extraordinaire et parfois complètement folle ! Avec sa petite sœur Ana Ana, Pico évolue dans la vie avec autant de certitudes que d’interrogations, ce qui vaut à ses parents et grands-parents des crises de toutes sortes : crises de rire, crises de désespoir, crises d’amour toujours !

Mon avis : Je découvre enfin l’univers plein de tendresse et d’humour de Pico et sa petite sœur Ana Ana. Ces deux petits enfants ont une sacrée répartie, et un grand sens de l’observation. On sourit souvent, on est parfois touché. Et bien que j’apprécie guère les dessins, je sais d’avance que je vais me régaler avec les autres tomes de cette série…

pico1  pico2  pico3

Logo BD Mango Vert
Découvrez les autres BD du mercredi chez Mango !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :