Recherche

blogaëlle

Tag

relation frère-sœur

Question d’équilibre (Pico bogue #3), de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2012.

Pico Bogue poursuit son exploration au petit bonheur la chance des grandes questions sur la vie et absolument tout le reste ! Ana Ana, sa petite soeur, met un point d’honneur à l’aider ou le contrarier selon les circonstances, ses parents passent du rire aux larmes, et les amis des parents apprennent à découvrir le charmant petit monstre. Une galerie de personnages, des histoires et des situations absolument irrésistibles !

Toujours aussi savoureux de lire un album de Pico Bogue. Comme d’habitude j’ai ri et souri de nombreuses fois, et je m’attache de plus en plus à ces personnages. Un vrai régal. A lire absolument !

 

 

Publicités

Situations critiques (Pico bogue #2) , de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2010.

 pico

Pico Bogue est un petit garçon à la langue bien pendue, qui s’intéresse déjà à tout, et pose à ses parents toutes les questions qui lui viennent à l’esprit, surtout celles sur le sens de la vie. Son impertinence n’a d’égale que sa tendresse, et son sens de la contradiction n’est surpassé que par son inépuisable curiosité. Des traits de caractère qui provoquent parfois des crises de nerfs ou d’épuisement chez ses parents, et une immense joie chez ses lecteurs !

De la douceur, de l’humour, un peu de cynisme et de petites phrases, … Ce tome 2 est aussi savoureux que le premier ; Pico et sa petite soeur sont toujours attachants. Un petit sourire (au minimum !) assuré à chaque double page. Voici mes planches préférées !

 IMG_0192  IMG_0193 IMG_0194  IMG_0195 IMG_0196 IMG_0197 IMG_0198  IMG_0199 IMG_0200

IMG_0201 IMG_0202

Oh, boy !, de Marie-Aude Murail – L’Ecole des loisirs, collection Médium, 2000.

murailIls sont frère et soeurs. Depuis quelques heures, ils sont orphelins. Ils ont juré qu’on ne les séparerait pas. Il y a Siméon Morlevent, 14 ans. Maigrichon. Yeux marron. Signe particulier: surdoué, prépare actuellement son bac. Morgane Morlevent, 8 ans. Yeux marron. Oreilles très décollées. Première de sa classe, très proche de son frère. Signe particulier: les adultes oublient tout le temps qu’elle existe. Venise Morlevent, 5 ans. Yeux bleus, cheveux blonds, ravissante. La petite fille que tout le monde rêve d’avoir. Signe particulier: fait vivre des histoires d’amour torrides à ses Barbie. Ils n’ont aucune envie de confier leur sort à la première assistante sociale venue. Leur objectif est de quitter le foyer où on les a placés et de se trouver une famille. À cette heure, deux personnes pourraient vouloir les adopter. Pour de bonnes raisons. Mais aussi pour de mauvaises. L’une n’est pas très sympathique, l’autre est irresponsable, et… Ah, oui! ces deux personnes se détestent.

Je ne pensais vraiment pas aller au bout de ce livre. Après un début mitigé, entre « j’aime » et « je n’aime pas trop », j’ai poursuivi cette lecture, mais sans grande conviction. Puis, il y a eu la maladie de Siméon et son hospitalisation. Et là, ce livre m’a littéralement emportée, bouleversée, émue aussi. Quelle claque ! Je n’aurais jamais imaginé un tel revirement. Plus les liens forts se créaient entre les différents personnages, plus je ressentais le besoin de lire ce livre. A cela il faut ajouter la richesse du livre pour les sujets qu’il aborde : l’abandon et l’adoption, les relations frère-soeur, la leucémie, les violences conjugales… Un petit bijou à lire absolument, pour l’émotion qu’il suscite, et pour tous ces thèmes évoqués avec un mélange de gravité et d’humour assez surprenant.

Le petit Gus, de Claudine Desmarteau – Albin Michel, 2010.

gus
 » Moi c’est Gus. En fait, je m’appelle Gustave, tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. J’aurais préféré m’appeler Brad, Bob ou même Brian, mais je suis bien obligé de me coltiner Gustave. Le prénom, c’est vraiment important, je trouve ça injuste qu’on n’ait pas le droit de choisir de s’appeler Brad alors qu’on sait que c’est précisément LE prénom qui vous va comme un gant.  » Ainsi commence le récit de Gus, 10 ans, qui n’a pas la langue dans sa poche. Tous en prennent pour leur grade : sa sœur qui ne jure que par Nirvana ; son frère qui se fait larguer par SMS et porte de ridicules pantalons slims ; les patrons, le réchauffement climatique… Autant de tranches de vies, découpées à même le quotidien, sur lesquelles il pose un regard acéré pais pourtant pas dénué de tendresse. Un hommage résolument moderne au Petit Nicolas de Sempé et Goscinny.

Un petit roman plein d’ironie et de tendresse, qui peint avec brio la société actuelle. On sourit et l’on rit souvent, les nombreux thèmes évoqués portent un regard critique, mais juste, du monde contemporain. Gus, c’est un petit Nicolas savoureux des temps modernes !

La vie et moi (Pico Bogue 1) / BD du mercredi #4

pico

Pico Bogue, tome 1 : La vie et moi, de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2008.

Présentation de l’éditeur : Pico Bogue est le fils aîné d’une famille tout ce qu’il y a de plus normal, c’està- dire unique, extraordinaire et parfois complètement folle ! Avec sa petite sœur Ana Ana, Pico évolue dans la vie avec autant de certitudes que d’interrogations, ce qui vaut à ses parents et grands-parents des crises de toutes sortes : crises de rire, crises de désespoir, crises d’amour toujours !

Mon avis : Je découvre enfin l’univers plein de tendresse et d’humour de Pico et sa petite sœur Ana Ana. Ces deux petits enfants ont une sacrée répartie, et un grand sens de l’observation. On sourit souvent, on est parfois touché. Et bien que j’apprécie guère les dessins, je sais d’avance que je vais me régaler avec les autres tomes de cette série…

pico1  pico2  pico3

Logo BD Mango Vert
Découvrez les autres BD du mercredi chez Mango !

Des couleurs dans la nuit

nuit

Des couleurs dans la nuit, de Sylvie Deshors – Thierry Magnier, collection Petite Poche, mars 2012.

Présentation de l’éditeur : Dans la nuit noire, un bruit le réveille. Il est seul à la maison, son frère Mut n’est pas dans sa chambre. Alors des images terrifiantes lui viennent. Mais qui donc entre dans la maison à pas de loup ?

Mon avis : Plus de peur que de mal, c’est son frère qui rentre. Le narrateur découvre alors le secret de son grand frère : il sort la nuit pour taguer des murs et rendre ainsi la vie plus colorée. C’est parti pour une initiation à l’art urbain sous la houlette de son ainé.

Droit devant, pour un peu, c’est toute une aventure

Droit devant, pour un peu, c’est toute une aventure de Thomas Scotto – Éditions Thierry Magnier, collection Petite Poche, 2011.

...Achevé d'imprimer debout...

Quatrième de couverture : À la naissance de sa petite soeur, Alex se découvre une âme de poète et clame son amour au bébé en alexandrins. Même si son registre est très particulier, le nombre de pieds et les rimes sont à leur place. On peut tout dire en poésie !

Mon avis : l’amour que porte Alex pour sa petite sœur est touchant, ainsi que sa volonté de voir ses parents réunis de nouveau. Mais ce sera tout pour moi…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :