Recherche

blogaëlle

Tag

tranches de vie

Question d’équilibre (Pico bogue #3), de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2012.

Pico Bogue poursuit son exploration au petit bonheur la chance des grandes questions sur la vie et absolument tout le reste ! Ana Ana, sa petite soeur, met un point d’honneur à l’aider ou le contrarier selon les circonstances, ses parents passent du rire aux larmes, et les amis des parents apprennent à découvrir le charmant petit monstre. Une galerie de personnages, des histoires et des situations absolument irrésistibles !

Toujours aussi savoureux de lire un album de Pico Bogue. Comme d’habitude j’ai ri et souri de nombreuses fois, et je m’attache de plus en plus à ces personnages. Un vrai régal. A lire absolument !

 

 

Publicités

Un drôle de père (tome 4), de Yumi Unita – Delcourt, 2009.

Daikichi, trente ans, célibataire, n’est pas ce qu’on peut appeler un Don Juan. Pas très à l’aise avec les femmes, encore moins avec les enfants, cet homme on ne peut plus ordinaire va, du jour au lendemain, décider de devenir le tuteur légal de la fille cachée de… son défunt grand-père. Mais comment élever une jeune enfant quand on a déjà du mal à s’assumer soi-même? Un drôle de père est la première série à succès de Yumi Unita, une des auteures issues de la nouvelle vague du manga pour femmes. Elle aborde dans cette œuvre, avec beaucoup d’humanité, des thèmes aussi fondamentaux que l’amour familial, l’éducation, ou plus généralement la responsabilité individuelle. Face à l’égoïsme de la société, Daikichi fera en effet passer les intérêts de la petite Rin avant les siens. Et si le bonheur passait par le don de soi ?

Dans ce tome 4, l’auteur évoque encore et toujours comment élever seul(e) son enfant au Japon et comment cela est perçu par la société. Il parle aussi du statut de la femme, allant même jusqu’à évoquer la question du divorce dans ce tome. Intéressant. Mais je me lasse doucement de cette série, pas assez rythmée à mon goût…

Autres tomes lus : Tome 1, Tome 2, Tome 3.

A contretemps, de Jean-Philippe Blondel – Pocket, 2010.

unknown

Hugo n’a qu’une passion : les livres. Et qu’une envie : fuir au plus vite le cocon familial. Bac en poche, le voici donc à Paris, jeune étudiant en lettres, se rêvant libre et ambitieux comme un personnage de roman. Mais il doit rapidement déchanter : son existence est loin d’être aussi trépidante qu’il l’imaginait. Pire, il doit s’accommoder d’une cohabitation pesante avec son logeur, un homme taciturne et distant. Heureusement, sa boulimie de lecture l’aide à surmonter ces débuts difficiles. Et grâce aux fils mystérieux que tissent les livres entre les êtres, elle va même lui apporter un peu plus : l’amitié, l’amour, et la redécouverte d’un écrivain oublié…

Ce n’est pas mon roman préféré de Jean-Philippe Blondel, mais j’y ai retrouvé ce que j’aime tant dans l’écriture de cet auteur, simple et sensible. A contretemps parle de la vie, des gens, des vrais gens, des choix de vie, des chemins que l’on pense prendre ou que l’on pense devoir prendre, et ceux que l’on décide de suivre finalement. Ce roman raconte de manière très touchante la belle rencontre entre un homme, un vieil écrivain vite oublié, et un jeune adulte étudiant qui se cherche, avec en toile de fond les livres, les lecteurs, les auteurs, l’écriture et le monde de l’édition.

Autre romans déjà lus :
Double jeu
06H41
Brise glace
(Re)play!
G229
Le baby-sitter
Blog
Au rebond

Lecture inachevée :
Passage du gué

Un drôle de père, tome 3, de Yumi Unita – Delcourt, 2009.

drole_de_pere_03

Daikichi, trente ans, célibataire, n’est pas ce qu’on peut appeler un Don Juan. Pas très à l’aise avec les femmes, encore moins avec les enfants, cet homme on ne peut plus ordinaire va, du jour au lendemain, décider de devenir le tuteur légal de la fille cachée de… son défunt grand-père. Mais comment élever une jeune enfant quand on a déjà du mal à s’assumer soi-même? Un drôle de père est la première série à succès de Yumi Unita, une des auteures issues de la nouvelle vague du manga pour femmes. Elle aborde dans cette œuvre, avec beaucoup d’humanité, des thèmes aussi fondamentaux que l’amour familial, l’éducation, ou plus généralement la responsabilité individuelle. Face à l’égoïsme de la société, Daikichi fera en effet passer les intérêts de la petite Rin avant les siens. Et si le bonheur passait par le don de soi ?

Je m’étais arrêtée en 2010 au tome 2… Il était temps de reprendre la lecture de cette série ! C’est avec plaisir que je me suis replongée dans ce manga et que j’ai retrouvé la relation particulière qui lie Rin et Daikichi, relation qui s’étoffe au fil des tomes et cela me plait.

Autres tomes lus : Tome 1, Tome 2.

Ce qui nous lie, de Samantha Bailly – Milady, 2014.

1409-nous-lie-p_org

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle met à profit pour démasquer les hommes infidèles. Mais au fond, Alice n’aspire qu’à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau poste dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore. Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre l’inaccessible Raphaël, qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

Gros coup de coeur pour ce livre tout doux. Peut-être même au-delà du coup de coeur ! J’avais un léger à priori en commençant cette lecture, que je classais d’avance dans la catégorie « romance », catégorie peu gratifiante pour moi. Mais Ce qui nous lie est une histoire pleine de magie et d’espoir que j’ai dévoré et que je ne voulais pas finir, pour rester encore quelques instants avec ces personnages si attachants. J’ai suivi avec bonheur et plaisir Alice dans ses questionnements, dans sa quête du bonheur, dans ses émotions. J’ai été transportée par cette lecture, par l’écriture, par les mots de l’auteur ; j’étais ailleurs, complètement absorbée par ce bouquin, qu’il me fallait lire, lire, lire. Je viens de découvrir Samantha Bailly, et d’une belle manière ; je sais déjà que d’autres livres de cet auteur vont bientôt rejoindre ma PAL. Une lecture haletante, hypnotique que je vous conseille vivement. Un roman à lire absolument !

Et je danse aussi, de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat – Fleuve Editions, mars 2015.

danse

La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets.

J’attendais beaucoup de ce roman écrit par deux grandes plumes, deux virtuoses de la littérature jeunesse. J’en attendais trop. Et est arrivé ce qui devait arriver : je suis relativement déçue par cette lecture. Ou plutôt déroutée, car je ne pensais pas que j’allais lire une romance née d’une correspondance entre les deux personnages principaux. Ce roman se lit bien, les auteurs sont à la hauteur en ce qui concerne l’écriture, qui est fluide et pleine de petits mots savoureux. Ces échanges de mails sont riches, ils ressemblent à de réelles lettres manuscrites. Il y par-ci par-là des longueurs, mais on patiente en lisant d’un oeil comme on peut écouter parfois d’une oreille. Mais, au final, ce ne fût pour moi rien de plus qu’une pseudo romance. Je me suis doutée de ce qui allait se produire, j’ai vu le dénouement arriver ; les mails m’ont semblé au fil des pages de moins en moins percutants, j’ai ressenti comme une désagréable lassitude qui s’installait. Mais cela reste un petit roman agréable à lire pendant les vacances.

Situations critiques (Pico bogue #2) , de Dominique Roques (scénario) et Alexis Dormal (dessin) – Dargaud, 2010.

 pico

Pico Bogue est un petit garçon à la langue bien pendue, qui s’intéresse déjà à tout, et pose à ses parents toutes les questions qui lui viennent à l’esprit, surtout celles sur le sens de la vie. Son impertinence n’a d’égale que sa tendresse, et son sens de la contradiction n’est surpassé que par son inépuisable curiosité. Des traits de caractère qui provoquent parfois des crises de nerfs ou d’épuisement chez ses parents, et une immense joie chez ses lecteurs !

De la douceur, de l’humour, un peu de cynisme et de petites phrases, … Ce tome 2 est aussi savoureux que le premier ; Pico et sa petite soeur sont toujours attachants. Un petit sourire (au minimum !) assuré à chaque double page. Voici mes planches préférées !

 IMG_0192  IMG_0193 IMG_0194  IMG_0195 IMG_0196 IMG_0197 IMG_0198  IMG_0199 IMG_0200

IMG_0201 IMG_0202

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :