Recherche

blogaëlle

Mois

septembre 2013

Adieu

adieu_jacques_expert

Adieu, de Jacques Expert – Sonatine, 2011.

2001, Châtenay-Malabry. Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi une victime ou bien le coupable ? Les recherches s’organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c’est au tour d’une seconde famille, tout aussi ordinaire, d’être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père reste introuvable. Presse, politique, police, les avis sont unanimes : un tueur en série est à l’œuvre. Seul Langelier s’entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu’il soupçonne d’être à l’origine des massacres. Devant son obstination, et son manque de résultat, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci est obligé de lui retirer l’affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s’efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l’obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard avec la révélation hallucinante d’une incroyable réalité. Comme dans ses précédents romans, Jacques Expert met en scène avec maestria le quotidien de personnages en apparence ordinaires, mais dont la face cachée révèle d’insoupçonnables noirceurs.

J’ai souvent lu, ici ou là, de bonnes critiques sur Jacques Expert. Je viens de le découvrir avec Adieu. J’ai volontairement attendu quelques jours avant d’écrire ces quelques mots, car je ne savais pas ce que j’en pensais. Et même maintenant, j’hésite. Je peux dire que j’ai aimé ce roman pour l’énorme rebondissement (presque) final et le dénouement de cette histoire ; pour l’enquête (et donc le scénario) colossale et obsessionnelle du commissaire Langelier ; pour les premières pages qui m’ont tout de suite happée dans l’histoire. Mais je peux aussi dire que je n’ai pas aimé : il y a comme une sorte de lourdeur dans ces pages (peut-être due à la narration) ; j’avais la désagréable sensation de me trainer dans cette lecture, tout en avançant (?!?) ; je n’ai pas du tout accroché avec le personnage principal, qui m’est resté antipathique du début à la fin. Une étrange « critique » donc !

Publicités

Murena (cycle 2, tomes 5-7)

murena5 murena6 murena7

Murena (cycle 2, tomes 5-7), de Jean Dufaux (scénario) et Philippe Delaby (dessins) – Dargaud, 2011 (tome 5), 2011 (tome 6), 2009 (tome 7).

Tome 5 :  Printemps 62. L’ambitieuse Poppée a pris la place de la belle Acté dans le cœur de Néron. Celui-ci se prépare à gagner la grande course de chars qui se disputera à Rome au Circus Maximus. La compétition se déroule, haletante, dangereuse. Contre toute attente, la victoire ne revient pas à l’empereur, mais à un mystérieux champion qui se révèle être une femme… Le premier tome d’un nouveau cycle de 4 albums !

Tome 6 : Résolu à venger Britannicus en tuant Néron, le gladiateur Balba a vaincu le colosse Massam chargé de l’éliminer par l’impératrice Poppée. De son côté, Murena se prépare à partir en Gaule dans l’espoir d’y retrouver celle qu’il aime et que l’empereur a fait enlever. Balba accepte de l’y accompagner à condition qu’au retour, il l’aide à libérer Rome de son tyran. Mais Poppée n’a pas dit son dernier mot… Le second tome d’un nouveau cycle ! Le règne de Néron et les mœurs de l’Antiquité romaine revisités sans tabous.

Tome 7 :  Le cycle de l’épouse se poursuit avec le septième tome des aventures de Murena. Au mois de juin 63 après J.C., Néron vient de perdre sa petite Claudia Augusta. le bébé n’avait que 4 mois et la détresse de son père est profonde. Aux marches de l’Empire, des juifs défient Rome et l’empereur s’interroge : quel est donc de maître que sert le dénommé Pierre ? Et Murena ? Il a perdu sa bien-aimée Acté et décide de quitter la Gaule pour rentrer à Rome. Mais quelle sera la réaction de l’imprévisible Néron lorsqu’il apprendra que le proscrit a regagné la cité aux sept collines ?

Me voici plongée dans le cycle 2 de la série Murena, sans trop de difficultés pour recadrer l’intrigue, son contexte et les personnages, ayant lu le cycle 1 il y a peu. La richesse des références historiques est toujours aussi présente. J’ai personnellement eu plus d’intérêt, dans ces 3 tomes, pour l’intrigue et ses rebondissements que pour le côté « leçon d’Histoire » ! Murena prend enfin toute sa place dans le scénario de Dufaux, et cela rend la série encore plus palpitante. Je me procure au plus vite les deux autres tomes parus, et je devrai ensuite patienter, comme tout le monde, avant la sortie du tome 10… Pas trop longtemps j’espère !

murena5p murena6p murena7p

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :